Campagne de prévention du paludisme saisonnier (CPS+) : Plus de 4 millions d’enfants seront pris en charge

Le Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme (SP/Palu) a informé ce mardi 25 juin 2024, du démarrage de la Campagne de chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS+). Prévue se tenir du 28 juin au 1er juillet 2024, cette campagne vise à prévenir les cas de paludisme chez les enfants âgés de 3 à 59 mois.

Pour cette Campagne de chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS+) 2024, c’est dans la ville de Banfora, région des Cascades, que va s’effectuer le démarrage. Sur le territoire national, ce sont plus de 4 millions d’enfants qui seront concernés par la CPS+. Pour l’occasion, 70 districts sanitaires du Burkina Faso seront à pied d’œuvre afin d’atteindre l’objectif visé.

Dans un premier temps, les agents de santé et les distributeurs communautaires feront du porte-à-porte afin de rejoindre directement les enfants pour administrer les médicaments, a expliqué Dr Sidzabda Kompaoré, secrétaire permanent pour l’élimination du paludisme. La deuxième stratégie consiste à établir des sites fixes pour accueillir les enfants. En termes davantage, Dr Sidzabda Kompaoré a notifié que la CPS+ contribue entre autres à prévenir les cas de paludisme simple et graves d’environ 75% dans les conditions idéales, de réduire les cas d’anémie, de réduire le nombre de décès liés au paludisme et de faciliter la croissance de l’enfant.

Le Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme annonce le démarrage du CPS+ -©Faso7

« Le paludisme reste un problème majeur de santé publique pour lequel les enfants de moins de 5 ans paient le plus lourd tribut. Face à cette situation, la CPS constitue une intervention de lutte préconisée par l’OMS et adoptée par notre pays depuis 2014 (…). La CPS consiste en l’administration à intervalle d’un mois de médicaments contre le paludisme afin de prévenir la survenue de cette maladie pendant la période où le risque de transmission est le plus élevé », a-t-il ajouté.

Il sera ajouté à cette campagne de lutte contre le paludisme saisonnier, le dépistage de la malnutrition aiguë, l’identification et la destruction des gîtes des larves de moustiques, la recherche des enfants cibles de la vaccination antipaludique et le diagnostic et la prise en charge du paludisme par les agents de santé à base communautaire.

« C’est ce qui a prévalu à l’appellation CPS+. Et l’objectif est de renforcer la protection des enfants et ainsi de contribuer à réduire les décès », a signifié le secrétaire permanent pour l’élimination du paludisme.

Cheick Habib Désiré BAYILI 

Faso7 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page