6e Journée nationale de l’arbre : 2 000 plants mis en terre à Bobo-Dioulasso

Dans la matinée de ce samedi 22 juin 2024, le Premier ministre, Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, a procédé au lancement de la journée nationale de l’arbre sur le site de la JNA 2024, à Bobo-Dioulasso.

Placée sous le thème « Arbre : capital de résilience pour un développement endogène », la JNA 2024, c’est aussi le début de la campagne de reforestation.

« C’est une révolution verte qui rentre en ligne de compte des orientations du président du Faso, qui a instruit à ce que nous soyons des champions en matière de verdure. Pour ce faire, il faut s’engager individuellement et collectivement », a laissé entendre le ministre en charge de l’environnement, Roger Baro.

Il précise que sur le site de la JNA 2024, ce sont 2 000 plants qui sont plantés sur un espace de cinq hectares. Pour lui, ces plantes locales vont favoriser l’éducation environnementale et être une source pourvoyeuse des produits forestiers non ligneux. Ces jeunes plants sont constitués essentiellement de karités, de néré, de lianes destinés à la consommation et à la vente.

Il rassure que le site de la JNA 2024 est clôturé à base de grillage pour la sécurité collective des plants et un forage de 16 000 débits par heure, a été réalisé, favorisant un système d’arrosage de goutte-à-goutte. Il invite chaque Burkinabè à s’approprier les différents concepts tels que « mon entreprise, mon bosquet » ou « mon institution, mon bosquet » et les adapter en fonction de sa condition.

Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambéla rappelle que le reboisement et la reforestation font partie des grandes priorités du gouvernement du Burkina Faso. Le constat pour lui indique que, lors du bitumage des grandes voies, les arbres sont terrassés et ne sont jamais remplacés. À en croire le Premier ministre, afin que l’agriculture avance, ou pour lutter contre le réchauffement climatique, ou améliorer le cadre de vie, il faille nécessairement des arbres.

C’est à cet effet, insiste-t-il, que le président du Faso souhaite qu’il ait une grande ceinture verte dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Il précise que l’essentiel du reboisement, ce n’est pas seulement de planter, mais d’entretenir surtout.

À noter qu’à l’occasion, 10 tonnes de vivres ont été offertes aux personnes déplacées internes de Bobo-Dioulasso et le mérite de 10 personnes et partenaires a été reconnu.

Moussa Koné (collaborateur)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page