Commandant Souleymane Zango : « Après la guerre contre le terrorisme, il faut faire la guerre contre la faim »

Le Bureau national des Grands Projets du Burkina Faso (BNGP-BF) a effectué une visite terrain de réalisation entrant dans le cadre de l’initiative présidentielle pour le développement communautaire. À ce titre, une délégation s’est rendue ce jeudi 6 juin 2024 dans la ferme d’application de Boulbi de l’École nationale d’Élevage et de Santé Animale (ENESA) et au camp Naaba Koom 2. L’objectif, constater l’avancement de deux projets pilotes de production animale.

Un satisfecit à l’issue de la visite, c’est le constat fait par le chef de la délégation du Bureau National des Grands Projets, Abdoulaye Siba, le chef du département du développement rural. Sur les deux sites, la délégation a pu constater le travail fait par les acteurs sur plus de 500 poussins par site depuis le 15 avril. Avec un taux de mortalité global qui tourne autour de 1%, la satisfaction est vraiment visible.

« L’objectif global a été d’évaluer la mise en œuvre globale des activités de production animale dans ces unités afin de déceler des difficultés et procéder a la prise de mesures correctives. Nous sommes à ce stade satisfait des sites déjà visités », a laissé entendre Abdoulaye Siba. Selon ses explications, le taux de mortalité au niveau de la production est faible, ce qui montre que la formation a été bien assimilée.

Avant de donner une suite au projet, il a souligné que des corrections seront apportées sur ce qui n’a pas bien fonctionné au niveau de ces sites pilotes. À terme, le projet entend permettre aux casernes de produire l’entièreté ou une partie de leurs consommations. « Nous allons faire une évaluation avant d’étendre. L’objectif est d’augmenter la production agricole et animale au niveau des FDS et les préparer à l’après-guerre », a fait savoir le chef du département du développement rural du BNGP-BF.

Du côté des bénéficiaires, le projet a été bien accueilli et ils saluent sa pertinence. Le Commandant de la Garde Républicaine, le Commandant Souleymane Zango, a ainsi indiqué que c’est avec plaisir que le camp Naaba Koom 2 a accueilli le projet. «  C’est une de nos attentes. Vous allez remarquer que nous avons de la main-d’œuvre et c’est toujours bon de leur donner ces compétences parce que dans l’armée, il y a ce qu’on appelait déjà la reconversion. Cette initiative est vraiment la bienvenue au niveau de nos casernes », a-t-il dit.

Pour lui, en plus de l’occupation, cette initiative va permettre également que les Hommes apprennent d’autres métiers et d’augmenter la production nationale. Le commandant a signifié qu’au vu de l’engouement pour cette activité, les militaires déjà formés seront des relais pour d’autres. Sur le long terme, il veut voir son camp autonome. Les moyens seront mis selon ses propos pour atteindre les objectifs. « Après la guerre contre le terrorisme, il faut faire la guerre contre la faim », a-t-il martelé.

Pour cette phase pilote, la ferme d’application de Boulbi de l’École nationale d’Élevage et de Santé Animale (ENESA) et le camp Naaba Koom 2 ont tous reçu plus de 500 poussins, des chèvres et des moutons le 15 avril. Au passage de la délégation pour la visite, chaque site disposait encore de plus de 500 poulets et les ruminants sont tous en vie. Dans 2 ou 3 semaines, les premiers poulets pourront être consommés.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page