Réduction des risques de catastrophe climatique : l’ABV outille les acteurs du bassin de la Volta

Du 5 au 6 juin 2024, se tient l’atelier national sur la coordination et la collaboration effective dans la mise en œuvre des politiques, des plans et des directives transfrontaliers de réduction des risques de catastrophe et d’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta. Organisé par l’Autorité du bassin de la Volta (ABV) et ses partenaires, le présent atelier vise à identifier et à discuter les goulots d’étranglement à la mise en œuvre effective des politiques de gestion des extrêmes climatiques.

Pendant 48 heures, les acteurs de la gestion des risques et catastrophe climatique et les présidents des délégations spéciales des communes de Pâ, Bama et Bagré se pencheront sur la révision et l’actualisation des politiques, des plans et directives transfrontaliers réalisés en 2022.

A travers des communications telles que « État des lieux de la mise en œuvre des politiques, des plans et directives transfrontaliers réalisée en 2022 et actualisée en 2024 (existants) » et « Principaux goulots d’étranglement à la coordination et de synergie d’action dans la mise en œuvre des politiques, des plans et directives transfrontaliers », il s’agira pour les acteurs au niveau local et national d’administrer des travaux de groupe afin de recueillir les différentes propositions pour améliorer ce document.

Gérard Zongo, point focal du projet VFDM, à indiquer que l’intérêt de cet atelier est de prendre en compte certaines recommandations établies par les différents partenaires. De ses explications, après avoir été commandité en 2022 suite à une étude sur les plans et les directives de la gestion et la prévention des inondations au niveau national, le document se doit d’être réactualisé, car ne prenant pas en compte certains aspects.

« Il y a des plans et des directives au niveau national qui n’étaient pas pris en compte. C’est des directives qui sont élaborées par différents partenaires et institutions au Burkina (…). En tout cas, on demande à ce que ce document puisse être actualisé et que les acteurs puissent tenir compte de ces éléments qui ont été ajoutés et qu’on puisse valider ce document par les différents partenaires et institutions au Burkina », a-t-il fait savoir.

Les PDS des communes de Pâ et de Bagré, communes en proie aux risques d’inondation, ont quant à eux exprimé leur volonté d’accompagner la mise en œuvre effective de ce document. Étant dans des communes où les risques d’inondation sont courants, ils disent être à même d’apporter des éléments appréciables pour contribuer à améliorer ce document.

« La commune de Bagré est très préoccupée et va apporter ce qu’elle peut apporter pour qu’on puisse aboutir à un document qui permet d’actionner sur tout ce qui peut permettre de limiter ou d’éviter les catastrophes dans le domaine inondations et sécheresses », s’est exprimé Gérard W. Maré, PDS de la commune de Bagré.

Notons que cet atelier se tient dans le cadre du projet « Intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et de l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta (VFDM) » qui s’étend de juin 2019 à juin 2024.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page