Contrôle qualité des produits alimentaires : L’ABNORM visite les installations des huileries de Bobo-Dioulasso

Conformément à sa mission de contrôle qualité des produits alimentaires et de la protection des consommateurs, une équipe de l’agence Burkinabè de la normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM) conduite par son directeur général, Abraham Somda, a initié une visite de terrain des huileries de la ville de Bobo-Dioulasso, le mardi 4 juin 2024.

Toucher du doigt les réalités de production, de stockage, de conditionnement et de transports de l’huile alimentaire pour permettre aux administrateurs de l’ABNOM de mieux s’imprégner de la qualité de ces huiles est l’objet de cette visite terrain dans les huileries de la ville de Bobo-Dioulasso.

Le directeur général de l’ABNORM, Abraham Somda, au sortir de cette visite se dit réconforté. Il indique que les administrateurs ont été édifiés au vu des installations et sont convaincus qu’un travail est fait sur le terrain et que les autorisations ne sont pas octroyées avec complaisance. Il ajoute que les unités de production ont encore besoin de l’appui du gouvernement pour être au même niveau que la SN CITEC.

« En faisant le tour, le constat, indique qu’il y a quelques manquements, quelques insuffisances à corriger. Nous pensons qu’avec la collaboration que nous avons entamée avec eux, ils pourront prendre cela en compte pour que dorénavant les papiers que nous allons leur donner puissent refléter le travail fait sur le terrain », a-t-il dit.

Président du conseil d’administration de l’ABNORM, Daouda Ouédraogo justifie la présence des membres du conseil d’administration par le fait que la majorité des huileries du Burkina Faso soient implantées à Bobo-Dioulasso et aussi du fait que des difficultés en termes de qualité et d’approvisionnement de la graine de coton soient souvent évoquées. Pour lui, les éléments recueillis à l’issue de la visite leur permettront d’être mieux outillés afin d’apporter des réponses à des sollicitudes.

Au nom de l’huilerie MARI’or, l’assistant du directeur général, Boubacar Salamataro, salue l’initiative de l’ABNORM de s’imprégner du processus de production de son unité de production et des conditions de travail de son personnel. Selon lui, la difficulté majeure à laquelle est confronté MARI’or est le problème d’approvisionnement des graines de coton, autant qu’à l’huilerie Djené Dior.

A en croire les représentants de ces huileries, ils produisent en dessous de leur capacité de production. À cet effet, ils espèrent une amélioration de la situation sécuritaire qui semble-t-il, est la principale cause de l’insuffisance des graines de coton.

Moussa Koné (collaborateur)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page