Alertes précoces aux inondations et aux sécheresses dans le Bassin de la Volta : Des acteurs en atelier de réflexion

L’atelier national de partage et d’approfondissement des résultats des exercices de simulation de réponses aux alertes précoces aux inondations et aux sécheresses dans le Bassin de la Volta se tient, ce lundi 3 juin 2024, à Ouagadougou. Organisé par la Direction générale des ressources en eau, cet atelier se tient du 3 au 4 juin 2024 et vise à permettre aux acteurs de réfléchir sur les moyens de consolidation, de durabilité et de mise à l’échelle du système d’alerte Voltalarm aux inondations et aux sécheresses.

Deux jours durant, ce sont une vingtaine de participants, qui prennent part à l’atelier national de partage et d’approfondissement des résultats des exercices de simulation de réponses aux alertes précoces aux inondations.

Il s’agira pour eux de discuter et d’enrichir les résultats de l’appréciation des acteurs locaux sur la fiabilité, l’efficacité, les forces et les faiblesses du Système VoltAlarm aux inondations et aux sécheresses ainsi que sur les exercices de simulation de réponses aux alertes précoces aux inondations et aux sécheresses dans le bassin de la Volta.

Les participants vont proposer un plan d’action d’amélioration du fonctionnement et de l’efficacité du système VoltAlarm aux inondations et aux sécheresses émettant des alertes basées sur les impacts.

L’objectif de cet atelier, selon Gérard Zongo, point focal du projet VFDM, est de réfléchir sur les moyens de consolidation, de durabilité et de mise à l’échelle du système d’alerte VoltAlarm aux inondations et aux sécheresses, tout en s’appuyant sur les résultats issus des exercices de simulation et de la tenue des ateliers locaux.

Les membres du présidium de l’atelier -©Faso7

Par ailleurs, il a fait savoir que cette activité contribue à renforcer les compétences et les mécanismes de gestion des catastrophes ainsi qu’à accroître la résilience des communes locales. « Il est donc important que les politiques, les stratégies et instruments tiennent compte de ces phénomènes afin de contribuer à accroître la résilience de communautés. Le renforcement de la gouvernance et la mise en œuvre de ces outils à toutes les échelles est donc primordiale pour l’atteinte des objectifs d’atténuation des effets des changements climatiques et de réduction des risques de catastrophes », a-t-il indiqué.

De son côté, Dr Dibi Millogo, directeur exécutif adjoint de l’Autorité du bassin de la Volta a salué la tenue de cet atelier. Pour lui, cette activité est un cadre pour les participants de partager leurs expériences sur le projet « Intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et de l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de Volta » (projet VFDM). « Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour partager nos expériences et faire en sorte que véritablement, nous ayons des outils qui servent à nos populations et qui servent le développement », a-t-il fait savoir.

Une vingtaine de participants prennent part à l’atelier -©Faso7

Il faut noter que le projet « Intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et de l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de Volta » est financé par le fonds d’adaptation. Ce projet a débuté en juin 2019 et va se terminer en fin juin 2024.

Lazard KOLA

Faso7

Waongo KOLA

Waongo KOLA est un journaliste burkinabè ayant pour domaine de prédilection les sujets de société, d'économie, de politique et de santé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page