Centre culturel Yilo de Koukouldi (CCYK) :  Bassolma Bazié lance les travaux de construction pour magnifier les coutumes 

La pose de la première pierre du Centre culturel Yilo de Koukouldi (CCYK) dans la commune de Ténado, région du Centre-ouest, a été effectuée ce 15 mai 2024 dans ladite localité. Sous l’initiative de Bassolma Bazié, ministre d’État chargé de la fonction publique, ce centre à pour objectif de promouvoir et de renforcer l’ancrage des traditions culturelles.

A travers la pose de cette première pierre, c’est un rêve qui est en voie de se réaliser, a confié le promoteur du Centre culturel Yilo de Koukouldi (CCYK), Bassolma Bazié. Après avoir entamé les démarches en 2017, ce n’est qu’en 2021 que les choses vont se concrétiser avec la finalisation des documents d’acquisition ainsi que la bénédiction de la communauté. Au terme des travaux de construction, le CCYK abritera entre autres une bibliothèque, un cybercafé, une salle de spectacle, une administration et une cantine réfectoire.

Magnifier les coutumes et les ancêtres, telles sont les missions assignées à ce centre qui se est dans la même dynamique que l’instauration du 15 mai, date à laquelle sont désormais célébrées les coutumes et les traditions au Burkina Faso. De ses dires, loin d’être un centre culturel dédié uniquement à Koukouldi, Bassolma Bazié à fait savoir que le CCYK est ouvert à toutes les communautés de l’Afrique. Il appelle les habitants à être fraternels vis-à-vis des communautés qui y viendront.

«Ça sera dans ce lieu qu’il va habiter pour que main dans la main on puisse rechercher sa famille»,Bassolma Bazié -©Faso7

« Il ne faudrait pas qu’un autre frère et sœur quitte une localité, il arrive ici et qu’il se sente un étranger. Il y a un seul mot qui doit être prononcé dans cet espace à l’endroit des uns et des autres et ce mot c’est la fraternité», a-t-il précisé.

A côté du centre culturel, l’autre vision est la construction d’une maison dédiée aux traditions et aux vétérans dans laquelle les personnes âgées et les chefs de terre pourront résoudre des problèmes coutumiers. C’est aussi le lieu de soigner les blessés psychologiques de guerre avec les pratiques ancestrales. Il est prévu sur le même site, la construction d’une maison des Africains de la diaspora. Le ministre d’État entend ainsi donner une opportunité aux Africains victimes de l’esclavage d’avoir un point de départ pour retrouver leurs vrais origines en Afrique.

« Si quelqu’un veut venir au Burkina, il dit qu’il ne connaît pas sa famille, qu’il appelle au niveau du centre. Ça sera dans ce lieu qu’il va habiter pour que main dans la main on puisse rechercher sa famille afin qu’il soit réintégré dans la communauté», a souhaité Bassolma Bazié.

Kassoum Coulibaly, ministre chargé de la défense et par ailleurs patron de la cérémonie dit être conforté à l’idée que le CCYK sera le lieu de réflexion sur les traditions et les coutumes. Il a souhaité que ce lieu soit le cadre pour prendre des initiatives pour perpétuer les traditions culturelles. 

« Pour notre collègue qui pose sa pierre, nous prions pour le meilleur possible, que ce centre aille le plus tôt possible. Il a eu un rêve. Il va faire évoluer et mettre en pratique ce rêve par la grâce de Dieu et des ancêtres», s’est-il exprimé.

Cheick Habib Désiré BAYILI 

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page