Le Bénin interdit l’embarquement du pétrole nigérien

La tension a monté d’un cran entre le Niger et le Bénin ces derniers jours. Africanews a indiqué ce 10 mai 2024 que le Bénin a décidé de mettre hors service le pipeline Niger/Bénin en interdisant l’embarquement du pétrole brut en provenance du Niger. Le gouvernement béninois a fait savoir que cette décision découle du fait que le Niger a décidé de maintenir fermer ses frontières avec le Bénin.

Le pipeline Niger/Bénin long de 1980 km dont 675 km accueillis par le Bénin est officiellement hors service. Le Bénin a informé les autorités nigériennes de son refus de faire embarquer du pétrole en provenance du Niger pour la Chine. Pour justifier cette décision, Patrice Talon, le président béninois a fait savoir qu’il est impératif que le Niger et le Bénin rétablissent leurs échanges économiques de façon formelle avant que le Bénin ne permette au Niger d’exporter son pétrole via le pipeline.

«  Nous avons dit que nos eaux maritimes ne peuvent pas faire l’objet de trafics illicites. Si vous voulez charger votre pétrole dans nos eaux alors vous devez considérer que le Bénin n’est pas un ennemi. Ce n’est pas que nous avons refusé de mettre à contribution notre territoire, notre administration et nos moyens. Nous disons que cela doit se faire de façon formelle. Si demain le Niger décide de collaborer avec le Bénin de façon formelle, les bateaux vont charger, mais pas dans un environnement d’adversité qui ne se justifie point », a fait savoir le président béninois.

L’interdiction a été notifiée à l’ambassadeur de la Chine au Bénin et à l’entreprise chinoise chargée de la gestion du pipeline. Le gouvernement béninois a précisé que les Chinois ne peuvent plus utiliser les eaux maritimes du Bénin pour charger des produits provenant du Niger. Cette décision sera maintenue, dixit le gouvernement béninois tant que le gouvernement nigérien continuera de maintenir sa frontière avec le Bénin formée.

Cette mesure conservatoire selon Patrice Talon, président du Bénin est « difficile, mais nécessaire ». Cet oléoduc rapporte chaque année au Bénin environ 490 millions de dollars, soit 300 milliards FCFA de recettes fiscales.  Pour le président du Bénin, il ne peut pas avoir « de deux poids deux mesures » dans les échanges économiques entre le Niger et le Bénin. À l’écouter, s’il faut avoir des échanges économiques entre les deux pays que cela se fasse dans un contexte où les frontières entre les deux pays sont ouvertes.

« Il faut que les relations économiques et d’échanges soient rétablies pour que les biens notamment ce pétrole puisse traverser le Bénin. C’est à croire que le Niger préfère que le pétrole nigérien traverse le Bénin de façon informelle. On ne peut pas nous voir comme des ennemis et vouloir de nos biens et de notre collaboration », a déclaré Patrice Talon.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page