Gestion des risques d’inondation et de sécheresse : Les acteurs de Bama, Pâ et Bagré outillés sur les bonnes pratiques en situation de catastrophe

L’Autorité du bassin de la Volta (ABV) en collaboration avec ses partenaires a organisé du 6 au 10 mai 2024 à Ouagadougou, deux ateliers portant sur les politiques de réduction des risques et catastrophe climatique ainsi que les bonnes pratiques et les opportunités en matière de gestion des risques d’inondation et de sécheresse. A la clôture des travaux, le vendredi 10 mai 2024, l’ensemble des acteurs disent être suffisamment outillés pour la réduction des risques des catastrophes au Burkina Faso.

Au cours de cette série d’ateliers initiée pour le compte du projet « Intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et de l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta (VFDM) », ils étaient plusieurs participants venus des communes de Bagré, Bama et de Pâ. Ces communes, selon leurs présidents de délégation spéciale (PDS), sont en proie aux risques d’inondation.

A ces travaux entre les PDS et les acteurs de l’eau et de l’environnement, il était question d’échanger à bâtons rompus sur la gestion des risques d’inondation et de sécheresse dans ces communes. Gérard Zongo, point focal du projet VFDM, a expliqué qu’avant la tenue de cet atelier, l’ABV a effectué des exercices de simulation de gestion de ces risques d’inondation dans ces localités.

A ce niveau,  il était question d’outiller les populations en cas d’inondation imminente. Ce cadre de concertation entre les acteurs tenu sur 4 jours était le lieu de renforcer davantage les connaissances de ces acteurs pour une mise en œuvre efficiente.

Gerard Zongo, point focal du projet VFDM-©Faso7

De l’avis du point focal, les recommandations issues de cet atelier seront prises en compte par l’ABV afin de contribuer efficacement à la réduction des inondations.

« Ces recommandations, nous allons tenter de vouloir mettre en œuvre puisque ces recommandations seront attribuées à ces structures pour qu’on puisse ensemble mettre en œuvre pour que les populations qui sont chaque fois victimes de ces fléaux puissent remédier à ces situations », a-t-il ajouté.

Au titre de ces recommandations, il faut noter l’accompagnement de l’État pour l’élaboration du plan d’occupation des sols, le renforcement de capacité des populations à savoir les chefs coutumiers, et les CVD. A cela s’ajoute, la réunion des différents systèmes d’alerte précoce et la mise en place d’un fonds nécessaire pour la réalisation des projets.

Selon Félix Bayé, PDS de Bama, ces recommandations permettront une mise en œuvre efficace de leurs acquis. Il a noté que cela pourra contribuer à pallier les problèmes d’inondation vécus dans sa commune.

« Cette rencontre nous permet d’avoir des compétences pour pouvoir anticiper » (Félix Bayé, PDS de Bama)

« Les gens ont construit juste à côté de ces zones de production et quand l’eau monte, ça monte carrément au niveau des habitations. Généralement, c’est une commune qui a presque à tout moment subi les inondations. Et donc, cette rencontre nous permet d’avoir des compétences pour pouvoir anticiper » , a-t-il fait savoir.

Au niveau de la commune de Pâ, le PDS, Thomas Hien a laissé entendre qu’à l’instar de Bama, elle a connu par le passé des inondations récurrentes, notamment dans le village de Hérédougou. Mais, avec le concours de l’ABV, dit-il, les inquiétudes se sont minimisées à travers les simulations d’inondation permettant de doter les populations de bons comportements face à cette situation.

Cheick Habib Désiré BAYILI 

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page