Célébration de la Journée du 15 mai : Les leaders de la chefferie coutumière donnent les pistes à suivre

Ce 9 mai 2024, au palais du Moogho Naaba, le Conseil supérieur de la chefferie coutumière et traditionnelle du Burkina Faso, a émis un message par rapport au 15 mai 2024, toute première journée des coutumes et traditions du Burkina Faso.

Dans leur message, ses Majestés ont fait comprendre qu’ils accueillent avec honneur, réjouissance et gratitude la décision du gouvernement de la Transition d’instituer le 15 mai comme journée des coutumes et traditions du Burkina Faso. Cette journée offre un cadre d’expression de notre foi aux rites, aux coutumes, aux cultes et aux mânes de nos ancêtres, de nos modes de vie et pensées traditionnelles, de la culture burkinabè.

« Elle favorise un exercice libre et responsable de nos pratiques ancestrales. Elle permet de créer un vécu nouveau avec les générations actuelles et futures en ranimant la conviction que même si le monde est aujourd’hui un village planétaire, il reste un village où chaque communauté doit avoir sa case. Cette journée rend justice aux religions traditionnelles, et se veut l’affirmation de la laïcité de l’Etat. Elle est aussi et surtout l’affirmation de notre souveraineté par la prise en compte des fondements premiers de nos communautés », ont-ils argué.

Par ailleurs, le Conseil a invité l’ensemble des chefs coutumiers et traditionnels et tous les adeptes de la religion traditionnelle à magnifier cette journée à travers des rites et des activités qui répondent aux idéaux que le 15 mai incarne, à se l’approprier et à implorer Dieu, les mânes de nos ancêtres, la terre nourricière et protectrice du Burkina Faso afin qu’ils renforcent la volonté de vivre ensemble et de bâtir à l’unissons une nation riche, forte et prospère.

« Un accent sera mis sur la quête de la sécurité et de la paix, le renforcement du vivre-ensemble et de la cohésion sociale, de même que l’impérieuse nécessité d’éveiller davantage le sentiment de notre appartenance à une même nation et les exigences qui en découlent. Il s’agira aussi, de communiquer et de créer des cadres et espaces d’échange et de partage pour bien faire connaître nos institutions endogènes, nos savoirs, nos coutumes, nos traditions, notre spiritualité et leur apport pour nos communautés et le monde depuis des temps immémoriaux », ont-ils souligné.

« Nous vous exhortons à assumer conséquemment notre passé et notre héritage commun »

De plus, Ses Majestés invitent tous les Burkinabè investis du sceau de nos savoirs, coutumes et traditions, à aider de façon concrète, responsable et volontaire, les forces combattantes patriotiques pour la reconquête de l’intégrité du territoire national et de la dignité du peuple.

« Nous vous exhortons à assumer conséquemment notre passé et notre héritage commun, à vous faire fiers de ce que nous sommes, à avoir pleinement foi en notre avenir et à vous engager résolument et conséquemment pour notre pays, car notre travail, notre courage et notre détermination feront notre force et notre victoire. Que Dieu apaise la terre pour les intègres du passé, et que chaque jour que Dieu crée. La termitière ajoute de la terre à la terre. Bonne célébration du 15 mai. Journée des coutumes et des traditions. Que Dieu protège et bénisse le Burkina Faso », ont-ils conclu.

En rappel, le Conseil supérieur de la chefferie coutumière et traditionnelle du Burkina Faso réuni le Naaba Djiguimpole, le Dima de Zoungrantenga, le Naaba Kiba, le Dima du Yatenga, le Naaba Baongo, le Dima de Ouagadougou, le Naaba SIGRI, le Dima de Boussouma, le Chef Suprême de Bobo Mandare, l’Emir de Dori, l’Emir de Djibo, le Chef de Canton de Gaou, le Chef de Canton de Dedougou, le Pope Chef de Po.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page