2e édition du concours francophone d’éloquence : Des jeunes burkinabè sur le toit du monde  

Le Burkina Faso a récolté trois lauriers à la 2e édition du concours francophone d’éloquence tenue en mars 2024 dans la ville de Paris en France. Ce mercredi 1er mai 2024, les lauréats et leur équipe d’encadrement ont présenté leurs trophées. Une occasion pour eux de revenir sur les contours de l’évènement.

Sur une soixantaine de participants, trois jeunes burkinabè ont tiré leurs épingles du jeu lors de la 2e édition du concours francophone d’éloquence tenue en terre française. Marceline Zong-Naba s’est hissée à la deuxième place dans la catégorie des lycées, Ashley Ounngrawa a décroché le premier prix dans la catégorie collège et Ethan Compaoré a reçu le prix du coup de cœur dans la catégorie collège.

Selon les explications de l’artiste slameur Ombr Blanch, membre du staff de l’équipe du Burkina Faso, ces trophées représentent une « grande satisfaction » pour eux, car dit-il, « C’est un grand concours qui concerne énormément de pays ». « C’est un sentiment de fierté. Nous étions déjà contents de prendre part. C’est un évènement mondial et pour une première participation, c’est plus que satisfaisant », a-t-il signifié.

Revenant sur le contexte de la participation des jeunes burkinabè à la compétition, il a indiqué que le Burkina Faso a été sollicité. 6 écoliers ont été alors choisis dans différentes écoles pour prendre part à la 2e édition du concours aux côtés d’autres enfants venus de divers pays. « Le Burkina Faso est toujours présent en Afrique francophone au niveau de l’éloquence, des débats et du slam », a-t-il fait savoir.

Pour lui, cette participation a été plus « un repérage » de la part des organisateurs qu’une demande. Ce sont donc 6 candidats qui ont été sélectionnés pour les catégories des lycées et des collèges. Les thématiques abordées lors de ce concours par les poulains d’Ombr Blanch ont été divers allants de l’environnement, la diversité culturelle, la francophonie et les valeurs endogènes.

« Pour une première participation, c’est plus que satisfaisant », Ombr Blanch

Sur la suite à donner à l’issue du concours, les lauréats vont intégrer le lot des jeunes leaders francophones du monde et auront la chance de participer à des évènements mondiaux. Au niveau national, il n’est pas encore question de carrière dans une discipline. « Ce sont encore des enfants et nous ne sommes pas d’abord sur les questions de carrière artistique. Ils auront la chance de grandir avant de penser à ces questions », a relevé Ombr Blanch.

Pour Ashley Ounngrawa, les choses ont déjà pris forme. Elle sera ambassadrice de la francophonie selon les dires de l’artiste slameur. Ainsi, elle prendra part à des sommets à travers le monde, des grandes conférences et des regroupements sur des enjeux importants. « Tout ce qui est activité liée à la francophonie, elle prendra part. C’est déjà énorme », a-t-il lancé.

Du côté des enfants, les mots ne manquent pas pour exprimer leurs ressentis. Ashley Ounngrawa a déclaré être « satisfaite de l’expérience ». « Durant ce concours, nous avons parlé de la liberté et de la diversité. Par un texte de 2 à 3 minutes, j’ai essayé de parler de la liberté fictive de l’Africain. Je suis très contente. On ne s’entendait pas à ça », a-t-elle déclaré.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page