Ouagadougou : Les Habitants de Silmiougou en colère contre la SONATUR

Les Habitants de Silmiougou dans l’arrondissement 8 de Ouagadougou ont déclaré ce 27 avril 2024 que la Société Nationale d’Aménagement des Terrains Urbains (SONATUR) n’a pas respecté ses engagements pris vis-à-vis des habitants lors de la cession de 350 hectares de terres cultivables pour un lotissement.

Selon les habitants, en 2008, ils ont cédé 350 hectares de terres à la SONATUR pour un lotissement. En contrepartie, la SONATUR s’engageait à viabiliser 100 hectares sur 350 hectares qu’elle cédera aux autochtones. Cette part de terre constitue la trame d’accueil de Silmiougou.

Des propos des habitants, la SONATUR a promis que la viabilisation de la trame d’accueil qui consistait en la construction de forages, de caniveaux, de routes et en la fourniture en électricité, devait se faire avant le lotissement des 250 hectares.

A les entendre, la SONATUR n’a pas tenu ses promesses. Issouf Rouamba, porte-parole des habitants, a indiqué que la SONATUR a commencé le lotissement de son site sans en amont viabiliser la trame d’accueil comme convenu. Il a ajouté que la SONATUR n’a ni construit de forages, ni réalisé de caniveaux, ni construit de routes et encore moins fourni de l’électricité au niveau de la trame d’accueil.

Ces manquements de la SONATUR à ses engagements ont suscité la colère chez les habitants. Ils ont interpellé la SONATUR, mais à leur grande surprise, elle a fait savoir qu’elle ne s’est pas engagée à viabiliser la trame d’accueil. Elle a aussi signifié qu’elle n’est disposée à construire que deux forages et à réaliser le traçage de quatre voies d’accès à la limite dans la trame d’accueil, selon les explications des habitants.

 « les propriétaires terriens ont cédé 250 hectares pour bénéficier au moins d’une viabilisation de la trame d’accueil afin de  permettre à ceux qui ont cédé leurs champs de pouvoir développer d’autres activités grâce à la présence du courant, l’adduction d’eau potable, et le traçage de la voirie en bonne et due forme », a expliqué Issoufou Rouamba.

Pour les habitants de Silmiougou, cette attitude de la SONATUR est problématique. Elle est de nature à compromettre leur quiétude. « Si la SONATUR parvient à réaliser le lotissement des 250 hectares sans avoir au préalable viabilisé la trame d’accueil, ce sera une arnaque digne de l’époque coloniale », a martelé Issoufou Rouamba.

« Si nous vous avions cédé 350 hectares pour n’en bénéficier que 100 hectares sans dédommagement, c’est parce que la SONATUR nous avait fait des promesses. Nous exigeons qu’elles soient tenues. Vous n’avez pas le droit de nous forcer la main et de faire comme bon vous semble. Nous sommes chez nous et nous ne pouvons pas permettre que nos terres soient confisquées sans rien recevoir en retour », a déclaré Tienne Simporé, habitant de Silmiougou.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page