Durée de la Transition au Burkina Faso : Les députés avalisent la tenue des assises nationales

Les députés de l’Assemblée Législative de Transition (ALT) ont adopté ce vendredi 26 avril 2024, la proposition de loi portant accord de l’ALT, pour l’organisation des assises nationales afin de décider de la suite à donner à la Transition en cours.

Cette proposition de loi étant adoptée, les assises nationales doivent se tenir au moins un mois avant la fin de la Transition fixée par la Charte de la Transition. Notons que cette proposition de loi est l’initiative du groupe constitué des députés désignés par le Chef de l’État, dont le député Pawendé Édouard Sawadogo est président. II a expliqué que cette initiative parlementaire était nécessaire au regard de la date de la fin de la Transition qui s’approche, c’est-à-dire, le 1er juillet 2024.

« Il était déjà nécessaire de penser aux suites à donner à la Transition. L’Assemblée étant un organe de la Transition se fait juge et partie si d’aventure, elle décidait d’initier une révision à l’interne. Donc c’est entre autres ces éléments qui ont convaincu les députés qu’il est encore plus judicieux de repartir vers la population, le constituant originel que sont les forces vives de la Nation pour donner leurs points de vue à la suite pour la Transition », a expliqué le député.

Le Président de l’Assemblée Législative de Transition, Ousmane Bougouma, a souligné que c’est avec l’accord du Chef de l’Etat que la proposition de loi a été soumise, inscrite, discutée et adoptée. Ensuite, il a pris l’exemple du Mali, qui, en 2021, a révisé sa charte de Transition en passant par des assises nationales. « Cette loi ne modifie pas la charte. Elle ne décide pas non plus du contenu des assises. Elle laisse le soin au peuple souverain qui sera réuni dans le cadre des assises nationales de décider de la suite de la Transition », a-t-il précisé.

De plus, le Président de l’Assemblée Législative de Transition a indiqué que cette adoption évite au pays de tomber dans un vide juridique qui va l’exposer à des difficultés. « Puissions-nous tous avoir la sagesse d’une compréhension constructive », a-t-il conclu.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page