72 heures du Faso Dan Fani : Rendez-vous du 25 au 28 avril 2024 au SIAO

La deuxième édition des 72 heures du Faso Dan Fani se tiendra du 25 au 28 avril 2024, au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). L’annonce a été faite, ce mardi 23 avril 2024, par le comité d’organisation.

« Stratégie de promotion du Faso Dan Fani dans un contexte de défis sécuritaires », c’est sous ce thème que va se tenir durant quatre jours, la 2e édition des 72 heures du festival Faso Dan Fani. A travers cette thématique, les membres de la Fédération Nationale des Tisseuses du Burkina Faso (FENATI-BF) entendent magnifier le Faso Dan Fani et réfléchir sur sa pérennisation et la contribution dans l’économie du Burkina Faso.

Au programme, ce sont des expositions-ventes, en prix promotionnel, de défilés de mode traditionnel et moderne, une cérémonie de récompense, une parade ainsi des panels qui vont rythmer cette activité. « Cette activité a pour objectif la promotion et la valorisation du Faso Dan Fani, de magnifier cette œuvre culturelle et artisanale qui joue un rôle important dans les activités génératrices de revenus des femmes en particulier et aussi dans l’économie du Burkina Faso en général », a indiqué Pauline Bafiogo, présidente de la FENATI-BF, tout en précisant que le Faso Dan Fani joue un rôle important dans l’économie du pays.

Les 72 heures du Faso Dan Fani vont réunir plusieurs participants durant quatre jours -© Faso7

L’innovation majeure de ce festival, selon Thérèse Couldiati, présidente du comité d’organisation de cette activité, est la soirée de remise de prix, la participation de plusieurs tisseuses venues des 13 régions du pays. Donc, il est attendu tout au long de cet événement, plus de 1 000 participants.

Par ailleurs, les membres de la Fédération Nationale des Tisseuses du Burkina Faso ont exprimé leur reconnaissance aux autorités de la Transition de s’être engagées dans la promotion du port du Faso Dan Fani. « Nous les tisseuses, nous sommes vraiment très satisfaites des différentes décisions que les autorités ont eu à prendre à l’égard de cette activité de tissage. Donc, l’État ayant pris ces grandes décisions en faveur du Faso Dan Fani, c’est nous les tisseuses qui devront être très heureuses », s’est exprimée Thérèse Couldiati.

Lazard KOLA

Faso7

Waongo KOLA

Waongo KOLA est un journaliste burkinabè ayant pour domaine de prédilection les sujets de société, d'économie, de politique et de santé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page