Tournoi Maracana des Professions Judiciaires : La Police Nationale remporte la 5e édition

La 5e édition du tournoi des Professions Judiciaires s’est tenue ce 12 avril 2024 au Siguian Arena à Ouaga 2000. La compétition a regroupé 16 équipes des structures judiciaires du Burkina Faso et a été remportée par la Police Nationale. En finale face à la Direction Générale de l’Administration Pénitentiaire (DEGAP), les Policiers se sont imposés sur le score de deux buts à zéro.

« Dialogue entre acteurs des professions Judiciaires », c’est sous ce thème que s’est tenue la cinquième édition du tournoi des professions Judiciaires. Des magistrats aux avocats, en passant par les notaires et la gendarmerie nationale, les acteurs du monde judiciaire ont chaussé les crampons le temps d’une soirée pour promouvoir la cohésion et la fraternité à travers le football.

À l’issue de la compétition qui s’est jouée de 18 h 00 à l’aube, c’est la Police Nationale qui s’est adjugée  le trophée face à la DEGAP en finale. Deux buts à zéro pour les policiers. Victorieuse, la Police repart avec une enveloppe de 100 000 FCFA, un jeu de maillot et des ballons. La DEGAP s’en sort avec 75 000 FCFA et un jeu de maillots.

Le promoteur, Sibiri Jean-Claude Ramdé

Pour le promoteur, Sibiri Jean-Claude Ramdé, chargé de la commission juridique et d’octroi de licence des clubs au sein de la Fédération Burkinabè de Football, il n’y a pas eu de vainqueurs ni de vaincus, ce sont les acteurs judiciaires qui ont gagné.

 « Cette activité vise à rassembler au cours d’une nuit les acteurs qui concourent à l’œuvre  de justice afin de communier autour du football. Le tournoi des professions judiciaires se veut être un trait d’union et un brassage entre notaires, huissiers, avocats, gardes de sécurité pénitentiaire, officiers de police judiciaire, gendarmes, policiers, eaux et forêts, agents judiciaires de l’Etat et magistrats », a-t-il déclaré.

Edasso Rodrigues Bayala

Le patron de la cinquième édition du tournoi, le ministre en charge de la justice, Edasso Rodrigues Bayala a fait savoir que la compétition a permis aux agents judiciaires de se rapprocher et de déstresser.

La pratique du sport permet aux acteurs de la justice d’avoir un esprit sain dans un corps sain et d’être dans les bonnes dispositions pour gérer les dossiers de la justice.  « Quand les acteurs de la justice se retrouvent et fraternisent, ça crée l’union et ça permet d’aller vers une justice plus efficace », a-t-il dit.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page