Aïd El Fitr 2024 : Paix et sécurité, les mots-clés de la grande prière à la Place de la nation à Ouagadougou

Les musulmans du Burkina Faso célèbrent l’Aïd El-fitr ce 10 avril 2024. À Ouagadougou, des milliers de personnes ont prié du côté de la Place de la Nation, sous le lead du Grand imam Cheick Abdalah Ouédraogo de la Communauté musulmane du Burkina Faso (CMBF).

Dans son sermon, l’imam a appelé ses coreligionnaires à se réjouir car leur mois de jeûne et de solidarité est rempli de bénédictions. Il les a exhortés à prier pour le retour de la paix au Burkina Faso. « Si nous avons eu l’occasion de prier ici, c’est parce qu’il y a la quiétude sur les lieux. Travaillons à construire la paix. Le musulman est un artisan de paix. (…) Que Dieu éteigne le feu, que Dieu apaise les cœurs, que Dieu nous rassemble », a-t-il laissé entendre.

L’imam Cheick Abdalah Ouédraogo a aussi prié pour que le Capitaine Ibrahim Traoré, Président de la Transition, réussisse sa mission à la tête de l’Etat.

Quant à El Hadj Moussa Koanda, président de la Communauté musulmane du Burkina Faso (CMBF), il a invité les populations du Burkina Faso à faire bloc contre les terroristes. « On invite les Burkinabè à être solidaires de ce gouvernement pour la reconquête du territoire. La guerre n’est pas politique. La guerre qui nous est imposée actuellement, elle est nationale. Nous voyons que les jours où quelques uns de nos soldats tombent sur le terrain, il y a des Burkinabè qui sont contents. C’est le seul pays où on voit ça. Nous invitons les Burkinabè à ne pas personnaliser cette guerre. (…) Si on perd, on doit pleurer ensemble. Si on gagne, on doit applaudir ensemble », a-t-il laissé entendre.

Les leaders de la CMBF ont fait une mention spéciale à l’endroit du Moogho Naaba Baongo et des leaders des autres religions, qui sont toujours présents lors des grandes prières. « Nous sommes venus saluer nos frères musulmans et leur souhaiter la bonne fête. Nous voulons aussi exprimer notre fraternité, notre communion, notre solidarité. Nous prions le Seigneur d’exaucer leurs vœux pour que le pays retrouve la paix », a déclaré Mgr Prosper Kontiébo, archevêque de Ouagadougou.

Des membres du Gouvernement étaient aussi de la partie. Au nom du Président de la Transition, Bassolma Bazié, le ministre d’Etat en charge de la Fonction Publique a exprimé sa reconnaissance à la communauté musulmane qui accompagne les actions de reconquête du territoire. « Il faut le leur reconnaître, les féliciter pour cette façon de faire et aussi les inviter à aller de l’avant, à maintenir le cap. Parce que la maladie rentre dans le corps d’un coup mais la sortie ne peut pas se faire d’un coup. Nous pouvons dire que notre pays ne se sent pas. Peut-être qu’il est dans une période de convalescence. Notre souhait est que 2024 soit la fin de cette convalescence afin que l’ensemble des communautés puissent vaquer librement à leurs occupations sur n’importe quel point du territoire. C’est l’engagement du Gouvernement, mandaté par son Excellence le Président de la Transition », a-t-il laissé entendre.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page