Burkina Faso : La gendarmerie nationale inaugure les infrastructures de la prévôté

La Gendarmerie nationale du Burkina Faso a inauguré, ce mardi 26 mars 2024, à Ouagadougou, les infrastructures de la prévôté au sein de la Brigade ville de gendarmerie de Sig-Nonghin. Ces infrastructures viennent renforcer les capacités opérationnelles de la gendarmerie prévôtale.

La gendarmerie prévôtale est une entité spécifique de la gendarmerie nationale qui agit sous l’égide du ministère chargé de la justice. Ses infrastructures ont été inaugurées, ce mardi 26 mars 2024, à Ouagadougou au sein de la Brigade ville de gendarmerie de Sig-Nonghin. Selon le Lieutenant-colonel William Combary, directeur organisation et emploi et point focal chargé de la liaison du projet, la prévôté est une mission particulière de la gendarmerie nationale.

Elle « est chargée d’être aux côtés des troupes engagées, déployées sur le territoire national, afin de s’assurer que ces troupes agissent conformément aux règles d’engagement et s’assurer aussi de l’état d’esprit et du moral des troupes engagées. Et aussi de protéger ces troupes qui sont engagées vis-à-vis des différentes allégations, en relevant tout ce qui peut conforter leur bon emploi et leur conformité dans l’engagement reçu », a-t-il déclaré.

Ces infrastructures de la gendarmerie prévôtale sont le fruit du projet d’Appui au renforcement de la Justice Militaire et de la Justice de Proximité (AJUMJUP) et s’inscrivent dans l’objectif de contribuer à améliorer le fonctionnement de la justice pour lutter contre le sentiment d’impunité au Burkina Faso.

Selon le Chef d’État-major de la Gendarmerie Nationale, le Colonel Kouagri Natama, ce projet mis en œuvre par l’ONG COGINTA, est financé à hauteur de 6 millions d’euros par l’Union européenne. Il permettra de soutenir le commandement militaire dans le renforcement de la lutte contre l’impunité, l’amélioration du fonctionnement de la chaîne pénale, afin de répondre à la demande de la justice et de renforcer la justice de proximité pour mieux répondre aux besoins des justiciables.

« La mise en place des cellules prévôtales intervient à un moment où la question des exactions et les exécutions extrajudiciaires sont au cœur des enjeux de la restauration de la confiance entre les FDS et les populations », a déclaré le Colonel Kouagri Natama, qui a informé que des cellules prévôtales sont intégrées aux sections de recherche.

Ces unités prévôtales vont s’établir sur tout le territoire national et vont exercer des actes judiciaires, administratifs et militaires au service de la justice en général et de la justice militaire en particulier.

« Ces cellules prévôtales auront également pour mission de constater les infractions commises lors des opérations de reconquête du territoire, d’apporter un appui-conseil aux unités déployées sur les théâtres d’opérations et de servir de liaison entre la justice militaire et les unités déployées sur les théâtres d’opérations, en cas de violation des droits humains », a-t-il précisé.

« Ces cellules prévôtales auront également pour missions de constater les infractions commises lors des opérations de reconquête du territoire » (Colonel Koagri Natama, CEMGN)

Ce projet dont les travaux ont démarré en 2021, a renforcé les capacités techniques et opérationnelles de la gendarmerie nationale.

« Des sessions de formation de chefs prévôts ont été organisées ainsi que la dotation en équipements et matériels roulants composés de 20 motos de type Aloba et il y a un mois, 10 véhicules pick-up, d’une valeur de 249 millions de francs CFA. Des équipements de protection individuelle et du matériel de police technique et scientifique sont également en attente de livraison dans les toutes prochaines semaines », a informé Edem Comlan, chef de projet de l’ONG COGINTA

Quatre cellules de gendarmerie prévôtale ont été entièrement équipées, pour un montant total de près de 394 millions de FCA, selon Edem Comlan.

A ces équipements, s’ajoute la construction de quatre cellules de gendarmerie prévôtale entièrement équipées, pour un montant total de près de 394 millions de FCA, selon Edem Comlan. Il s’agit des cellules prévôtales à Ouagadougou, au sein des brigades de Sig-Nonghin et de Boulmiougou, d’une cellule prévôtale à Kaya et d’une autre à Bobo-Dioulasso.

Il faut noter que ces cellules prévôtales, intégrées aux sections de recherche, ont la capacité d’accueillir des unités de 13 prévôts chacune. Et ces nouvelles unités vont couvrir leur secteur territorial pour exercer les actes judiciaires, administratifs et militaires au service de la justice et en particulier de la justice militaire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page