Ouagadougou : La commune expérimente le Sycotax pour collecter les taxes de manière électronique

La commune de  Ouagadougou a lancé ce mardi 19 mars 2024,  le Projet Sycotax (Système de Collecte de Taxes), dans 4 marchés pilotes de la ville de Ouagadougou. Il s’agit d’une perception des taxes par le système Sycotax qui consiste à prélever les taxes par un Terminal Electronique de Paiement (TPE).

Le Sycotax est un outil que la commune de Ouagadougou a mis en place pour numériser les processus de recouvrement des impôts et taxes au profit de la commune de Ouagadougou, selon Lamoussa Clément Ouango, directeur de l’assiette fiscale au niveau de la commune de Ouagadougou. Le lancement officiel de l’utilisation de cet outil a eu lieu ce mardi 19 mars 2024, dans le marché de Dassasgho, un marché non aménagé par  la commune de Ouagadougou.

Selon Maurice Konaté, président de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou, il ne s’agit pas d’une nouvelle taxe.

« Ce sont  les mêmes taxes qu’on percevait avant, mais cette fois avec un terminal électronique qui est plus rassurant, qui est aussi plus sécurisé. (…) Ce n’est pas l’argent qu’on peut trafiquer. Ce n’est pas de l’argent qu’on peut voler, donc au contraire c’est quelque chose qui peut nous aider à avancer dans la collecte, de sécuriser les taxes dans la commune de Ouagadougou », a-t-il déclaré.

Cet  outil qui permet de collecter les taxes au profit du budget de la commune de  Ouagadougou a été mis en place au regard de la faible mobilisation des recettes annuelles  et les recettes propres au potentiel économique de la ville.

Il permet, entre autres, à la mairie de maîtriser le potentiel fiscal, de numériser les impositions et les taxations, de simplifier le paiement des impôts et taxes par les contribuables, de matérialiser le paiement par l’utilisation des terminaux de paiement électronique (TPE) et d’avoir une situation exacte des impositions et paiement des impôts et taxes par les contribuables en temps réel.

« Dès lors que l’outil fait le tour du marché et que les contribuables sont recensés,  nous avons le potentiel qui est dans le marché (…). C’est un outil qui permet de centraliser,  d’actualiser les données dans les différentes structures de commerce dans la commune de Ouagadougou », a rappelé Lamoussa Clément  Ouango, directeur de  l’assiette fiscale au niveau de la commune de Ouagadougou.

« C’est un outil qui permet de centraliser,  d’actualiser les données dans les différentes structures de commerce dans la commune de Ouagadougou  » ( Lamoussa Clément Ouango)

Pour le contribuable, cet outil permet entre autres l’identification des occupants des emplacements dans les marchés et yaars, l’aménagement au fur et à mesure des marchés dans la commune, l’amélioration du cadre de vie des contribuables dans le cadre de l’aménagement du territoire communal.

Salifou Nikièma, président national du conseil national de l’économie informelle du Burkina Faso,  a laissé entendre que tous les acteurs du marché ont accueilli ce projet Sycotax avec joie et un grand soulagement. Cependant,  il a attiré l’attention de l’autorité sur les préoccupations des acteurs du marché.

« Vous savez que ce sont des marchés non aménagés et les marchés non aménagés aujourd’hui, il y a le problème de sécurité qui se pose. Nous demandons à l’autorité de tout faire pour que nos marchés soient en sécurité, pour que les marchés soient propres. S’il y a des saletés, que la nuit qu’on puisse évacuer et le matin,  le marché soit propre », a-t-il exhorté.

Selon Salifou Nikièma, président national du conseil national de l’économie informelle du Burkina Faso  tous les acteurs du marché ont accueilli ce projet Sycotax avec joie.

En rappel, le projet Sycotax est lancé dans les 4 marchés pilotes de la ville de Ouagadougou. Il s’agit du marché de Dassasgho, de la Cité an 2, du théâtre populaire et du marché de Larlé. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page