Le Niger dénonce les accords militaires avec les Etats-Unis d’Amérique

Le Niger a décidé de dénoncer les accords militaires avec les USA ce 16 mars 2024, et ce, avec « effet immédiat ».

La décision intervient après la fin de la visite de responsables américains à Niamey. D’abord, le communiqué lu par le colonel-major Amadou Abdramane a désapprouvé la manière dont la délégation dirigée par la secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines, Molly Phee a atterri au Niger. Celle-ci est en arrivée à Niamey, après juste avoir informé de façon unilatérale les autorités nigériennes de sa venue.

Condescendance américaine

Le contenu des rencontres qui ont ensuite eu lieu au Niger durant trois jours a déplu aux dirigeants du pays. Amadou Abradamane a en effet déploré l’attitude « condescendante » et la « menace de représailles » de la secrétaire d’Etat, en lien notamment avec les relations qu’entretient Niamey avec l’Iran et la Russie.

Le communiqué de l’organe dirigeant du Niger a en effet assuré qu’il n’y a pas d’accord « secret sur l’uranium » avec Téhéran et que tous les accords signés l’ont été dans le respect du droit international. Le CNSP (Conseil national pour la sauvegarde de la patrie) n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler qu’en tant qu’Etat souverain, il est libre de choisir ses partenaires.

Autant de raisons qui ont sans conduit le gouvernement nigérien à prendre cette décision : « Le gouvernement du Niger, prenant en compte les aspirations et les intérêts de son peuple, décide en toute responsabilité de dénoncer avec effet immédiat l’accord relatif au statut du personnel militaire des États-Unis et des employés civils du département américain de la Défense sur le territoire du Niger ».

Des taxes qui coûtent des « milliards de FCFA » aux Nigériens 

Cette rupture des relations militaires a du reste ses justificatifs propres. La présence des bases américaines au Niger coûte des « milliards de FCFA au contribuable nigérien », induits par le paiement de factures liées aux taxes des avions militaires américains. Ensuite, les autorités nigériennes n’ont « aucune information sur les activités militaires menées » par les soldats américains à partir du territoire nigérien. Et enfin, l’armée américaine n’a « aucune obligation d’accéder aux demandes nigériennes d’appui contre les groupes terroristes ».

Il faut ajouter à cela le fait que les autorités nigériennes affirment avoir constaté des « activités illégales » de survol américain de son territoire et que les USA avaient déjà unilatéralement suspendu leur coopération militaire avec le Niger.

A noter que la délégation américaine n’a pas réussi à rencontrer le président de la transition nigérienne. Au moins un millier de soldats américains sont présents sur le territoire nigérien. Le Niger a aussi rompu ses relations militaires avec la France, entraînant le départ des troupes françaises.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page