Burkina Faso : L’ONEA annonce le retour au relevé mensuel des compteurs d’eau à partir de mai 2024

Les responsables de l’Office nationale de l’eau et de l’assainissement (ONEA) ont annoncé ce 14 mars 2024, le retour au relevé mensuel des compteurs d’eau à partir de mars 2024. Cette décision fait suite à quatre années d’application d’un système de relevé bimestriel, qui n’a pas rencontré l’adhésion escomptée des abonnés.

Ce retour au relevé mensuel s’accompagnera de mesures spécifiques pour faciliter la transition, selon Blaise Djiguemdé, Secrétaire général de l’ONEA. Il a expliqué qu’au mois de mars 2024, tous les abonnés ONEA recevront deux factures correspondant à des consommations antérieures déjà prises en compte dans le cycle du relevé bimestriel.

En avril 2024, tous les abonnés recevront une facture. Une moitié des abonnés qui devraient recevoir les factures de janvier et de février 2024, soit 2 factures, recevrons la facture de leur consommation de février avec le report de la facture de leur consommation du mois de janvier dans les colonnes. Autrement dit, ceux-ci auront la possibilité de voir le montant de la facture du mois de janvier dans celui de février. Des facilités de paiement ont été prévues pour cette situation.

Blaise Djiguemdé, Secrétaire général de l’ONEA (au milieu) -©Faso7

« Il s’agit essentiellement des moratoires, la levée des pénalités de paiement sur les factures de janvier 2024 jusqu’au 31 décembre 2024. Ça veut dire que ces factures ne seront pas pénalisées jusqu’au 31 décembre 2024. Il y a la possibilité aussi d’échelonner ses paiements. Le client a la latitude de venir demander à l’ONEA de faire un échelonnement. Mais ça ne doit pas dépasser le 31 décembre 2024 », a expliqué Boureima Dembélé, Directeur en charge de la clientèle de l’ONEA.

En mai 2024, tous les abonnés seront relevés et facturés selon le relevé mensuel. En ce moment, l’on sera pleinement dans le cycle du relevé mensuel.

En ces temps de chaleur, les responsables de l’ONEA ont assuré qu’ils sont à pied d’œuvre afin de réduire les coupures d’eau.

« Il y aura toujours des baisses de pression à certains moments, à cause de difficultés techniques », a indiqué le Secrétaire général de l’institution.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page