Burkina Faso : Des associations de la région du Nord satisfaites du programme Giving For Change

L’Association burkinabè de fundrishing (ABF) a formé des associations dans la région du Nord, afin de leur permettre de mobiliser des ressources et du soutien interne, pour la mise en œuvre du programme Giving For Change. Plusieurs mois après cette formation, ces associations ont jugé leur bilan satisfaisant, le 2 décembre 2023, à Ouahigouya.

Ce sont au total 4 associations qui ont bénéficié de l’accompagnement de l’Association burkinabè de fundrishing (ABF). Ces associations, après avoir reçu des formations sur la mobilisation de soutiens et celle de ressources locales, se sont mises à la tâche, afin de réaliser leurs programmes d’activités.

L’« Association de zéro à héro » (AZH), née en 2019, a démarré ses activités sans ressources financières. Mais elle dispose désormais de finances pour ses besoins grâce aux différentes formations de l’ABF. « On ne savait pas qu’est-ce que c’est que la mobilisation de soutiens, la mobilisation de ressources locales. Egalement, comment on fait pour garder un partenaire, pour rechercher un partenaire, pour avoir un encrage communautaire. Tout ça, c’est après la formation de ABF à travers son programme Giving For Change qu’on a appris », a informé de Boureima Ouédraogo, Président de l’AZH, en faisant cas des changements observés.

Après la formation de la structure ABF, l’association de zéro à héro arrive à réaliser ses activités. « Cette année, on s’est auto financé, en déroulant les activités du festival lik n’guessé. Nous avions eu des stratégies pour mobiliser les ressources et on a puisé ces ressources pour organiser notre festival », a noté le président de l’association. « Je vous dis que les deux premières éditions, quand on a organisé le festival, on est sorti avec des crédits », a-t-il informé.

L’Association des jeunes pour le développement et la protection de l’environnement (AJDEPE) a pu mobiliser plus de 100 000 F CFA pour ses activités. Selon Nafissatou Ouédraogo, représentant le responsable de l’association, des changements ont été observés après la formation car des activités de reboisement ont été réalisées et une unité de transformation de jus locaux a été mise en place.

L’Association des Jeunes pour le Développement et la Protection de l’Environnement  a pu mobiliser plus de 100 000 F pour ses activités, selon Nafissatou Ouédraogo.

« Cela nous a aidé à faire une activité au niveau de l’école Gondolgo (à Ouahigouya). On a eu à planter des arbres récemment pendant la saison pluvieuse. On a planté au moins 60 arbres », a-t-elle déclaré.

L’Association Agir pour la Promotion de l’Education Pluridimensionnelle (APEP) a, elle aussi, pu faire des réalisations après la formation de l’ABF, à travers son programme Giving For Change. Cette association, forte de 22 membres, accompagne des élèves filles déplacées internes, dans la province du Yatenga.

« Nous sommes satisfaits de l’accompagnement de l’ABF»

Son président, Lassané Ouédraogo, a annoncé la mise en œuvre des termes de référence (TDRs) pour la mobilisation de soutiens et la mobilisation de ressources, afin de mettre en œuvre leur projet de soutien à la scolarisation de 100 élèves filles, programme phare.

La conception de ces TDRs a été suivie par des rencontres avec les autorités locales, des responsables d’association, des humanitaires pour présenter l’APEP, ses objectifs et son programme.

Dans la mobilisation des ressources, l’association a sollicité l’aide de plusieurs acteurs locaux et associations. Elle a aussi reçu l’accompagnement de certaines associations de développement. « Nous sommes allés auprès des opérateurs économiques. Il y a aussi des humanitaires qui nous ont soutenus. C’est grâce à ce soutien que nous avons pu faire notre lancement », a-t-il affirmé.

L’association a pu debuter les cours de soutien pour des élèves de l’école Gondolgo, depuis le mois de mars 2023. Pendant les vacances, elle a organisé des cours de vacances au profit de ces élèves.

« Nous sommes satisfaits de l’accompagnement de l’ABF. Pour la formation aussi, il y a un suivi qui se fait régulièrement. Il y a des actions aussi de visibilité de notre structure, donc cela nous satisfait partiellement », a-t-il déclaré.

Parmi les associations qui ont suivi la formation de l’Association burkinabè de fundrishing, une seule est encore en cours de démarrage d’activités. Il s’agit de l’Association féminine pour le développement du Burkina (AFEDEB), basée au secteur 1 de Ouahigouya. Selon la première responsable, Bibata Ouédraogo/Nikièma, ce programme a amélioré les connaissances de certains membres de sa structure, à travers plusieurs formations sur la mobilisation des ressources internes et la mobilisation de soutiens.

« Giving for change a permis à des membres de notre structure d’avoir des connaissances dans la mobilisation des ressources internes. Au lieu de tendre la main à des partenaires étrangers, on peut tendre la main à des partenaires locaux, et cela, c’est réellement louable », a-t-elle déclaré.

« Les difficultés sont liées à la situation sécuritaire»

Cependant, aucune activité n’a encore été réalisée. « Concrètement, nous n’avons pas mobilisé de ressources locales. Nous sommes en train de nous concerter, de voir qui nous pouvons approcher pour mobiliser ces ressources, donc nous sommes sur la voie », a ajouté la présidente.

Bibata Ouédraogo/Nikièma a précisé que son association a monté un projet sur l’éducation, et à partir de ce projet, elle va approcher les acteurs locaux qu’elle est en train d’identifier.

De l’avis de Abdoul Aziz Sawadogo, chargé de programme Giving For Change, dans la région du Nord, certaines associations rencontrent des difficultés. « Les difficultés sont liées à la situation sécuritaire, puisque d’autres n’ont pas pu réaliser leur projet dans leurs communes. Eux tous ne sont pas résidents à Ouahigouya. », a-t-il noté.

Selon Abdoul Aziz Sawadogo, les difficultés sont liées à la situation sécuritaire.

L’Association pour la sauvegarde de l’environnement et la promotion de l’élevage (ASEPE), forte de 33 membres actifs, 26 Structures coopératives simplifiées (SCOPS) de 183 membres, a, elle aussi, pu réaliser des activités après la formation de l’ABF. Il s’agit de rencontres de sensibilisation, d’information, de plaidoyer, ainsi que la recherche de partenariats.

«  Nous avons observé d’énormes changements, en ce qui nous concerne, car avec ces formations, nous avons pu faire des mobilisations plus qu’avant », a déclaré Seydou Saouadogo, coordonnateur de l’ASEPE.

Ces différentes associations ont demandé des recyclages pour renforcer les capacités de leurs membres surtout du bureau exécutif pour la réalisation de leurs  projets.

Lire ➡️ Mobilisation de ressources locales : 5 associations à Fada N’Gourma désormais expertes grâce à l’Association Burkinabè de Fundraising (ABF)

Giving for change est un programme de l’Association burkinabè de fundraising (ABF). Ce programme met l’accent sur le développement endogène. Ce sont 6 régions dont l’Est, le Centre-Est, le Sahel, le Centre-Nord, Nord, la Boucle du Mouhoun et 8 communes qui sont concernées par ce programme au Burkina Faso. Ce programme est la suite du premier programme Change the Academy.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page