Burkina Faso : Le Capitaine Ibrahim Traoré pose la première pierre d’une raffinerie d’or nationale

Le Président de la Transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, a posé la première pierre de la toute première raffinerie nationale d’or ce jeudi 23 novembre 2023, au quartier Ouaga 2000 de Ouagadougou. Cette construction avait été autorisée lors du Conseil des ministres du 5 avril 2023, dans un contexte où l’or extrait au Burkina Faso est raffiné à l’étranger.

Après la pose de cette première pierre, le Capitaine Ibrahim Traoré a fait comprendre que ce projet est une question de souveraineté ; histoire d’avoir le contrôle sur l’or. « Il ne s’agira plus pour nous d’amener notre or à l’extérieur pour le raffiner. Nous le raffinons sur place, nous savons quelle est la teneur réelle de l’or brut qui sort. Ça, c’est très important », a-t-il laissé entendre.

Le Capitaine Ibrahim Traoré après la pose de la première pierre-©Faso7

Également, le Capitaine Ibrahim Traoré a fait savoir que les orpailleurs locaux sont invités à amener l’or vers l’intérieur. Il a rappelé que la Société nationale des substances précieuses (SONASP) est là pour racheter cet or pour qu’il soit raffiné au niveau national. « Beaucoup d’or sort du Burkina de façon frauduleuse et cela contribue d’ailleurs à alimenter le terrorisme. Donc, nous invitons les orpailleurs, que ce soit les collecteurs et autres, à ramener l’or vers la maison centrale et en même temps, inviter la SONASP à multiplier les guichets pour pouvoir collecter l’or », a déclaré le Président de la Transition.

Le projet de cette raffinerie d’or est mis en œuvre par la SONAPS, en partenariat avec la société minière malienne Marena Gold. Cette société sera chargée de mobiliser les ressources et compétences pour le fonctionnement de cette raffinerie. Selon Ismaël Sibi, Président Directeur Général de Marena Gold, la prochaine raffinerie aura une capacité de production de 150 tonnes d’or pur à 99,99% par an, soit environ 400 kg d’or par jour. Il est prévu que les premiers lingots d’or de 22 carats sortent de cette raffinerie dans 11 mois. Par ailleurs, cette raffinerie sera assortie, entre autres, d’un complexe hôtelier et d’une bijouterie.

Image de face de la prochaine raffinerie-©Faso7

Côté emploi, cette raffinerie va permettre de créer 100 emplois directs et 5000 emplois indirects, selon Ismaël Sibi. « Tout sera mis en œuvre pour respecter le calendrier », a-t-il rassuré.

Le président de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou, Maurice Konaté, a salué le choix du quartier de l’arrondissement 11 de sa ville. Il a aussi invité tous à accompagner le projet de cette raffinerie. Cette raffinerie est le sillon d’un développement socio-économique durable, selon lui.

Les autorités coutumières du jadis village de Kosyam ont aussi salué l’initiative. Rappelons que le village de Kosyam a été délogé dans le cadre du projet urbain Ouaga 2000. Ces autorités coutumières ont également salué la direction du pays par le Capitaine Ibrahim Traoré en lui adressant leurs encouragements. Il lui ont par ailleurs baptisé « Măngr-Naaba »,  dit en mooré « Chef des bonnes œuvres ».

Le Capitaine Ibrahim Traoré a profité de l’occasion pour annoncer le projet d’une usine de traitement de déchets miniers dans les jours à venir. Il s’agit d’ « une usine qui a été conçue par des ingénieurs burkinabè, qui est actuellement en phase de test et nous espérons que dans les heures à venir, ils vont nous dire que le test est concluant et cela fait donc une chose complète pour pouvoir valoriser notre or », a indiqué le Président de la Transition tout en faisant comprendre que la vision est d’avoir une chaîne de traitement de l’or.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page