8-Mars 2023 : « Nous serons toujours du combat pour l’émancipation effective de la femme » (Abdoulaye Mossé)

Ceci est un message du Parti Panafricain pour le Salut (PPS) à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme.

A l’instar des autres années, les braves femmes du Burkina Faso commémorent ce 8 mars 2023, aux côtés de leurs sœurs du monde entier la journée internationale des droits des femmes autour du thème : « la contribution de la femme à la production agricole et à la sécurité alimentaire dans un contexte de crise humanitaire : la promotion de la culture hors sol comme alternative ».

En rappel, si la journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle, en Europe et aux États-Unis, dont l’objectif est de réclamer de meilleures conditions de travail et le droit de vote, c’est véritablement en 1975, lors de l’année internationale de la femme, que l’Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer la journée internationale des femmes le 8 mars. Cette célébration de l’autre moitié du ciel occupe une place importante dans la vision du Parti Panafricain pour le Salut (PPS) qui met la femme au centre du développement intégré et participatif de notre Nation en particulier et du continent africain en général.

En effet, il est loisible de souligner le rôle et la place de la FEMME dans la vision du Parti Panafricain pour le Salut (PPS), la femme, symbole de l’humanité et productrice de richesses. Le logo du parti est révélateur de la place prépondérante qu’occupe la femme dans son projet de société en ce qu’il ambitionne travailler à l’exaltation de la brave et travailleuse femme du Burkina Faso. L’emblème représenté par une mère qui allaite son enfant, au cœur d’une Afrique unie par un cercle est un symbole fort de notre attachement à la promotion de la famille comme unité sociale de base.

La femme nous enseigne la résilience, l’enfant représente l’espérance en l’avenir, le cercle inspire la stabilité, l’unité et l’équité, la carte de l’Afrique démontre notre panafricanisme et les cauris signifient la prospérité.

Fort de cet engagement inconditionnel pour la famille et aux cotés de la brave femme burkinabé, le PPS voudrait saisir cette opportunité pour réitérer son admiration pour la femme qui tient avec bravoure son rôle dans le maintien à flot de notre nation au prix d’innombrables sacrifices.

Nous serons toujours du combat pour l’émancipation effective de la femme, car nous travaillerons jour et nuit à honorer sa Dignité en prenant des décisions sages et concertées basées sur l’Equité pour l’impulsion et la consolidation de la Tolérance dans notre société.

Le thème de cette année est: « la contribution de la femme à la production agricole et à la sécurité alimentaire dans un contexte de crise humanitaire : la promotion de la culture hors sol comme alternative ». Ce thème choisi par les autorités de la transition dénote du fait que la question de l’autonomisation économique de la femme à travers des alternatives agricole peut être un chemin pour son épanouissement  et celui de toute la société par ricochet. Aussi, en lien avec le thème mondial, nous devons travailler à réduire considérablement les écarts entre les sexes dans l’accès au numérique et à la technologie, mais surtout à protéger les droits des femmes dans les espaces numériques, pour un monde plus juste et plus équitable.

En cet instant solennel de la commémoration de cette importante journée, le PPS se remémore l’enlèvement des femmes de Arbinda dans la région du Sahel, qui interpelle sur la résurgence de la féodalité à la peau dure.

Dans ce contexte d’insécurité que traversent le Burkina Faso et la sous-région ouestafricaine, le Parti exhorte les militantes et militants et l’ensemble des Burkinabè à observer scrupuleusement l’appel à la sobriété des autorités de la Transition.

Le PPS invite les femmes du Burkina Faso à la réflexion profonde afin de contribuer fortement à la déradicalisation de nos fils égarés, et à la synergie d’action avec tous les acteurs pour une éducation réussie de la famille, gage de paix et de société plus stable aspirant au développement endogène.

Avec l’engagement de toutes et tous, la fin du tunnel obscur n’est guère loin.

Bonne fête du 8 mars à toutes les femmes du Burkina Faso, d’Afrique et du Monde entier. Vive la femme, vive la famille.

Pour la Patrie et avec le peuple, je m’engage !

Dignité – Equité – Tolérance !

Abdoulaye MOSSE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page