Production semencière : Le TASAI mesure « l’état de santé » du système du Burkina Faso

L’Indice Africain de l’Accès aux Semences (TASAI) va procéder à la mesure de « l’état de santé » du système de production de semence au Burkina Faso ce mercredi 25 janvier 2023. De façon spécifique, il va s’agir pour les acteurs du secteur semencier.

Pour la 3e  fois, l’Indice Africain de l’Accès aux Semences (TASAI) a procédé à une étude du système semencier du Burkina Faso. Afin de valider les résultats des travaux, les acteurs du secteur se sont réunis pour analyser le rapport. Selon le Dr Issoufou Kapran, chargé de liaison TASAI en Afrique de l’Ouest, l’étude menée prend en compte tous les maillons de la chaîne.

« Tout est étudié depuis le système de législation jusqu’à la production et la commercialisation des semences, pour voir où se situe la performance du secteur dans le pays », a-t-il dit. L’étude de 2022 est intervenue après de celles de 2018 et 2020. Selon le TASAI, la nouvelle série de données recueillies en 2022 met en valeur d’importantes évolutions récentes dans le secteur formel des semences.

L’étude de 2022 met en évidence plusieurs développements positifs et des aspects à améliorer dans le système formel des semences du Burkina Faso. Pour sa part, le Dr Edgar Traoré, chercheur en génétique amélioration des plantes, la rencontre du jour offre l’occasion d’avoir une vue d’ensemble du secteur.

« Comme vous le savez, nous sommes un pays agricole. Une bonne agriculture ne peut pas marcher sans l’intrant principal qu’est la semence. La semence a une chaîne de valeur qui commence par l’aspect recherche.(…) Nous avons essayé de toucher les différents maillons de la chaîne de valeur semence pour voir comment fonctionne le business des semences au Burkina Faso », a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, selon Aline Ouédraogo/Rouamba qui a pris part à la rencontre pour le compte du ministère en charge de l’agriculture, le ministère accorde une importance particulière à cette activité. « Les résultats qui vont sortir vont nous orienter dans certaines prises de décision pour une mise en œuvre plus efficaces de nos activités », a-t-elle fait savoir.

Une trentaine de participants prennent part à cet atelier. Il faut noter que l’étude s’est déroulée durant un mois. Selon le Dr Issoufou Kapran, ce rendez-vous permet aussi de comprendre la situation afin que chacun trouve l’aspect dans lequel il entend intervenir. Il a par ailleurs ajouté qu’après l’adoption du rapport, il sera diffusé afin de toucher le plus grand nombre d’acteurs.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page