Valorisation du patrimoine culturel burkinabè : Lassina Simporé sort deux œuvres

Lassina Simporé a procédé à la présentation de ses deux ouvrages intitulés « Laglnaaba A Abga, L’Esope Burkinabe » et « Waogdgo Rĩungã natẽnga. Eléments d’histoire d’une capitale de Royaume », le mardi 17 janvier 2023 à Ouagadougou. Ces œuvres contribuent à valoriser « l’immense patrimoine culturel » du Burkina Faso selon l’auteur.

Édité par Les Nouvelles éditions pour la promotion des langues nationales, «LAGLNAAB A ÃBGA l’Ésope burkĩnab€? » est un livre de 166 pages au prix de 5 000 F CFA qui dépeint la vie de Naaba Ãbga et révèle sa riche contribution à la promotion et à la valorisation de la culture burkinabè en général et celle moaga en particulier.

Selon l’auteur, ce livre rend hommage au Larlé Naaba Abga pour tout ce qu’il a fait pour la culture burkinabè. « J’ai écrit sur le Larlé Naaba Abga qui était un chef traditionnel, mais qui faisait des choses qu’on n’avait pas l’habitude de voir au niveau des chefferies. Il était un conteur, il avait une troupe de danse et il écrivait des livres. Seulement que ce n’était pas lui-même qui écrivait puisqu’il n’a pas été à l’école. Il racontait l’histoire et d’autres personnes écrivaient pour lui », a fait savoir Lassina Simporé.

L’ouvrage « Waogdgo Rĩungã natẽnga. Eléments d’histoire d’une capitale de Royaume » est édité par Mercury Éditions en septembre 2022. Il compte 189 pages et est repartis en trois chapitres. L’ouvrage est disponible au prix de 10 000 F CFA en librairie et 7 500 FCFA auprès de l’auteur. À travers ce livre, Lassina Simporé révèle le mystère des mots, des lieux et des noms par la bonne transcription et met en lumière l’histoire de la ville de Ouagadougou.

En effet, il explique comment s’est passé la mise en place du peuplement dans la ville de Ouagadougou en suivant le découpage chronologique. « Il y a l’époque de la pierre taillée, la pierre polie, l’antiquité, le moyen-âge, les temps modernes et l’époque contemporaine. J’ai essayé de suivre ce découpage pour voir qui était là au moment de la pierre, qu’est-ce qu’il faisait, qu’est-ce qu’il a laissé comme preuve de sa présence et ainsi de suite jusqu’à l’époque actuelle. Après, j’ai expliqué où sont installés les différents groupes de population ainsi que la famille du Mogho Naaba, quels sont les quartiers qu’ils occupent », a-t-il laissé entendre.

À en croire l’auteur, l’écriture est une obligation pour tout chercheur et constitue sa façon à lui de participer à la gestion et à la vie de sa cité. « Nous devons écrire pour que nos enfants, nos frères connaissent notre propre histoire », a-t-affirmé.

À noter que le Dr Lassina Simporé est un historien enseignant-chercheur et gestionnaire de patrimoine culturel. Il est auteur de plusieurs ouvrages, dont quatre ouvrages individuels et plus 35 articles scientifiques.

Bernadette KAMBIRE (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page