La Russie premier partenaire du Burkina Faso contre le terrorisme  : « Les discussions sont en cours » (Ambassadeur )

Dans une interview diffusée à la Radiodiffusion Télévision du Burkina (RTB) le vendredi 13 janvier 2023, l’ambassadeur de la Fédération de la Russie,  Alexey Saltykov, s’est largement exprimé sur la question du partenariat entre son pays et le « pays des Hommes intègres ».

Le Burkina Faso et la Fédération de Russie sont de vieux bons amis, selon le diplomate russe. « A mon avis, les relations étaient toujours au bon niveau. Il n’y avait pas de réticence du gouvernement russe vis-à-vis de notre partenaire, le Burkina Faso.  Nous avons des relations qui datent des années 60. (…) C’est le temps de redonner un tout petit peu de dynamique à nos relations bilatérales », s’est-il exprimé.

Les relations entre les deux pays sont vieilles de plus de 50 ans certes, mais quel est leur état actuel ? A en croire Alexey Saltykov, la coopération entre le pays de Vladimir Poutine et le Burkina Faso « est au beau fixe ». Cette bonne coopération se traduit par le fait que la Fédération de Russie continue de soutenir le Burkina Faso dans les domaines, entre autres, de l’éducation et de la formation militaire, selon lui. « Il y a quelques années de ça que nous avons effacé la dette burkinabè. (…) Nous avons de très bonnes relations dans les instances internationales telles que les Nations unies », a également indiqué le diplomate russe.

Relativement à la lutte contre le terrorisme, selon l’ambassadeur de la Fédération de la Russie, son président avait lancé une initiative qui est malheureusement morte dans l’œuf.

« Le président de la Fédération de Russie, monsieur Poutine, a une position exprimée en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme. Au niveau international, il a même lancé en 2015 une initiative de former une coalition globale des pays développés. Dommage que cette initiative n’a pas abouti à des suivis positifs, mais la position de la fédération de Russie reste toujours la même. Il faut concerter les efforts de tous les Etats pour éradiquer ce problème de la terre », a-t-il expliqué.

Le Burkina Faso est confronté au terrorisme depuis 2015. Une grande partie du territoire est occupé par les groupes armés entrainant un déplacement massif des populations vers d’autres endroits mieux sécurisés.

Sur le terrain, les combats sont menés par les forces armés burkinabè et les volontaires pour la défense de la patrie (VDP). La France dont des soldats sont présents à Ouagadougou vient souvent en aide à l’armée burkinabè, à la demande du pays. Depuis quelques temps, des voix se lèvent pour demander aux autorités burkinabè de suivre ‘’l’exemple malien’’ en faisant de la Russie le partenaire principal dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

La Russie acceptera-t-elle d’assumer ce statut de partenaire principal ?

« Nous allons attendre les initiatives concrètes de la partie burkinabè en ce qui concerne un apport que la Fédération de Russie pourrait accorder au gouvernement burkinabè. Je sais que les discussions sont en cours. C’est peut-être tôt de donner un résultat à l’heure actuelle. Je pense qu’on va revenir à cette question dans un proche avenir », a répondu Alexey Saltykov.

De l’avis du diplomate, au-delà de l’accompagnement sur le terrain de la lutte contre le terrorisme, la Fédération de Russie peut aider le Burkina Faso à s’approvisionner en engrais, en blé, en produits pétroliers etc. Pour cela, « il faut réfléchir à développer le commerce direct entre la Fédération de Russie et le Burkina Faso », dit-il.

« Nous avons un excédent de pétrole que nous pouvons proposer à nos partenaires africains y compris le Burkina Faso. A l’heure actuelle, où les Etats européens refusent d’acheter les hydrocarbures russes, nous avons réorienté nos exportations vers la Chine et les autres pays dits amicaux qui en ont besoin », a expliqué l’ambassadeur.

Pour qu’un partenariat prospère, il faut que toutes les parties y trouvent leur compte. Si la Russie est prête à accompagner le Burkina Faso comme le dit Alexey Saltykov, en retour, qu’attend la Russie du Burkina Faso ?

« La Russie attend beaucoup de soutiens fermes exprimés de la part des partenaires africains. Nous devons concerter nos efforts dans la lutte pour le monde multipolaire, contre les tas de choses basées sur certains principes qui ont été élaborés dans certaines capitales de certains pays. Nous devons élargir notre coordination au niveau international. L’organisation des Nations unies est un cadre idéal pour concerter nos efforts », a-t-il répondu.

Il faut noter qu’au cours de la semaine, l’ambassadeur de la Fédération de la Russie a été officiellement reçu par le Premier ministre, Apollinaire Kyelem et la ministre en charge des Affaires étrangères, Olivia Rouamba.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page