Burkina Faso : Le CISC informe que ses « membres font l’objet de menaces et de filages »

Ceci est un communiqué du Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC).

Le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC) informe l’opinion publique nationale et internationale que ses membres font l’objet de menaces et de filages depuis quelques jours. Son Premier Responsable notamment le Secrétaire Général, Dr Daouda DIALLO lauréat du Prix Martin ENNALS et Chevalier de l’ordre de l’Etalon a même échappé à plusieurs tentatives d’enlèvement le Vendredi 06 janvier 2023.

En effet, après le communiqué du CISC sur les massacres de NOUNA, publié le 02 janvier 2023, suivi d’autres interviews sur plusieurs médias nationaux et internationaux, Dr Daouda DIALLO est constamment suivi par des individus suspects motorisés.

Le vendredi 6 janvier 2023, vers 16h, une source anonyme lui demande de quitter urgemment son bureau. La même source lui dit qu’en observant bien, il verra la présence suspecte de certains individus autour du bureau. A sa sortie, il constate effectivement qu’il est suivi par un binôme motorisé. Il se réfugie dans un premier temps au siège du MBDHP avant de changer de site une première fois vers 19h, puis une seconde fois vers 22h ; à la sortie de cette dernière cachette, il fera l’objet d’une véritable course poursuite à laquelle il échappera encore.

Cette tentative d’enlèvement intervient dans un contexte de multiplication des actes du même genre et de nombreuses exactions visent des défenseurs des droits humains (DDH), alors que ce statut de DDH est reconnu par les lois du Burkina Faso. D’où la légitime inquiétude du CISC sur les tentatives de remises en causes des libertés chèrement conquises par nos devanciers de la société civile burkinabè.

En ce moment préoccupant, le CISC :

– remercie l’ensemble des organisations sœurs, des institutions étatiques et non-étatiques et des personnes-ressources pour leur mobilisation sans faille pour soutenir Dr Daouda DIALLO et toute son organisation ;

– interpelle l’Etat sur la nécessité de garantir des espaces de libertés démocratiques et de protéger l’ensemble des Défenseurs des droits humains et les citoyens engagés de notre pays ;

– appelle l’ensemble de ses membres, des organisations sœurs et toutes les personnes éprises de paix, de liberté et de sécurité à rester mobilisés pour barrer la voix à toute tentative de musèlement.

Pour le Bureau exécutif

 

Le Secrétaire général P/D

  1. Issaka OUEDRAOGO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page