Mali : Sanctionné par les Etats-Unis, Karim Keita dénonce «des procédures à finalités politiques»

Karim Keita, fils de feu Ibrahim Boubacar Keita (IBK), ancien Président du Mali, a été placé, le 9 décembre 2022, sous sanctions par les Etats-Unis. Il est accusé, entre autres, de corruption et violation des droits de l’Homme.

« Je tiens à réaffirmer mon innocence », a déclaré Karim Keïta dans un communiqué datant du mercredi 14 décembre 2022. Il y dénonce « des procédures à finalités politiques évidentes ». Karim Keita, durant le mandat de son père IBK, était devenu député et même président de la Commission défense de l’Assemblée nationale du Mali.

Les sanctions prises par les Etats-Unis sont en lien avec des soupçons de corruption liés aux affaires de l’achat de l’avion présidentiel et des contrats d’équipements militaires surfacturés datant de 2014.

Karim Keita est aussi accusé d’avoir mis en place un système de pots-de-vin pour favoriser la réélection de son père en 2018. Les autorités américaines évoquent aussi son éventuelle implication dans la disparition du journaliste Birama Touré, en 2016.

En rappel, les autorités maliennes de Transition avaient déjà émis un mandat d’arrêt international à son encontre, en juillet 2021. Ce mandat a été émis dans le cadre des enquêtes sur la disparition du journaliste malien Birama Touré.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page