Lutte contre la Covid-19 : La CEDEAO en conclave à Ouagadougou

Ce mardi 13 décembre 2022, à Ouagadougou, le Directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), le Dr Melchior A. Joël Aïssi, a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier de revue de la mise en œuvre du projet d’urgence exceptionnel de renforcement des systèmes de santé pour lutter contre la pandémie de Covid-19. L’atelier est prévu pour se tenir du 13 au 14 décembre 2022.

Durant deux jours, une soixantaine de participants venus des 15 pays de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vont prendre part à cet atelier pour discuter sur le niveau d’avancement dans la mise en œuvre du projet d’urgence exceptionnel de renforcement des systèmes de santé pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Cet atelier, selon le Directeur général de l’OOAS, le Dr Melchior A. Joël Aïssi, vise à échanger sur les défis et les prochaines étapes qui vont permettre d’accélérer la mise en œuvre dudit projet.

« Dans un premier temps, nous sommes là pour que les ressources mises à la disposition par la Banque africaine de développement (BAD) soient utilisées et bien utilisées, revoir la pertinence aujourd’hui pour revoir les activités. Deuxièmement, revoir ce que nous avons comme équipements dans le cadre de la Covid pour que les pays les prennent et ne les mettent pas dans les magasins, mais plutôt les utiliser », a-t-il indiqué.

Un troisième lot de dons en équipements et matériels en cours

Pour le Dr Melchior A. Joël Aïssi, cet atelier servira de cadre synergique de mutualisation des efforts avec d’autres initiatives régionales de prévention et de lutte contre les épidémies en cours dans l’espace CEDEAO. A cet effet, il a fait savoir que c’est le lieu d’échanger sur les mesures préparatoires pour le déroulement d’un troisième lot de dons en équipements et matériels aux Etats membres de la CEDEAO.

« Il y a un troisième don qui est en cours et on n’a pas pu remettre encore. Comme tous les pays sont là maintenant, on s’entend sur ce don. Nous allons y mettre beaucoup plus d’équité pour que ce don soit effectivement consommé parce que dans ce don, il y a des médicaments qui sont pour les urgences. Il y a d’autres qui sont toujours en urgence et d’autres pour l’équipement », a laissé entendre le directeur général de l’OOAS.

De son côté, le représentant du ministre en charge de la santé, le Dr Emmanuel Seini par ailleurs Point focal OOAS a montré l’importance de cet atelier pour le Burkina Faso. Pour lui, cela va permettre de connaître les insuffisances et les acquis du projet afin de les renforcer pour pouvoir lutter contre la Covid-19.

Renforcer le système de santé

« Le Burkina Faso a bénéficié d’un important appui en termes de matériels, d’équipements logistiques pour pouvoir prendre en charge les cas de covid », a-t-il dit.

Il faut noter que le projet a été lancé en 2020 et va prendre fin en septembre 2023. Il est financé par la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur d’environ 14,5 milliards de F CFA. Pour le représentant de la BAD, le Dr Koffi Ange Houngbedji, cet atelier sera le lieu pour les participants de faire une analyse approfondie du projet pour faire ressortir ses enjeux ainsi que ses objectifs.

« Il s’agissait de stopper l’épidémie et d’autre part, de créer les conditions pour les systèmes de surveillance épidémiologiques résilients. (…) Et enfin, ce projet a un caractère important parce qu’il visait à contribuer au renforcement des systèmes de santé dans les pays bénéficiaires. (…) Il permettra d’avoir une compréhension de ce qui est à faire, ce qui reste à faire et comment le faire », a-t-il fait savoir.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page