Burkina Faso : Un atelier pour lister les travaux légers autorisés aux enfants de 13 ans révolus

Le ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale a organisé un atelier ce vendredi 9 décembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cet atelier est de faire le cadrage en vue de l’élaboration de la liste des travaux légers autorisés aux enfants de 13 ans révolus. Il s’agit de définir la feuille de route qui permettra d’accéder le document final qui déterminera la liste des travaux dangereux pour les enfants. 

Le Burkina Faso a adopté le 09 juin 2016, le décret n°2016-504/PRES/PM/MFPTPS/TPS/MS/MFSNF portant détermination de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants conformément aux conventions n°182 et n°138 respectivement sur les pires formes de travail des enfants et l’âge minimum de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Et dans le but d’atteindre la cible 8.7 des Objectifs de développement durable (ODD) qui appelle les Etats membres à « prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’’enfants soldats et d’’ici 2025 mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes », le ministère en charge du travail a procédé à l’ouverture d’un atelier.

…l’absence de cette liste constitue un obstacle majeur lors des actions de contrôle et de sensibilisation

Au cours de cet atelier, il sera question de procéder à l’élaboration du projet de texte (décret ou arrêté) portant détermination de la liste des travaux légers. Autrement dit, il s’agira pour les participants d’élaborer la liste des travaux légers autorisés aux enfants de 13 ans révolus.

Selon Karlé Zango, Directeur Général de la protection sociale, l’arrêté qui donne les conditions pour l’exécution des travaux légers n’est pas allé au bout de ses efforts pour donner de façon concrète ce qui signifie un travail léger. Donc cet « atelier permettra  d’abord de  jeter les bases de l’élaboration de ce  texte qui va  dire de façon intrinsèque ou bien dans les conditions d’exécution du travail par un enfant, qu’est-ce qu’un travail léger concrètement », a-t-il précisé.

Pour lui, les travaux légers constituent l’ensemble des travaux dont l’exécution peut échoir aux enfants de 13 ans révolus. Selon l’arrêté, « il faut que ce travail n’empêche pas à l’enfant d’aller à l’école régulièrement,  permette à l’enfant d’avoir suffisamment de temps pour se reposer, le travail ne doit pas empêcher l’instruction éducative de l’enfant et doit permettre aux enfants d’avoir une formation duale afin qu’ils puissent aligner à la fois l’éducation et ce travail », a confié le Directeur Général de la protection sociale.

A en croire Hamidou Sawadogo, Secrétaire général ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, le gouvernement du Burkina envisage déterminer la liste des travaux dangereux pour les enfants, car l’absence de cette liste constitue un obstacle majeur lors des actions de contrôle et de sensibilisation conduites par les acteurs intervenant dans la lutte contre le travail des enfants.

Les acteurs en conclave pour déterminer la liste des travaux dangereux pour les enfants – © Faso7

« Le but recherché est de restreindre l’emploi des enfants sous obligation scolaire, et de leur permettre de tirer pleinement bénéfice de leur instruction scolaire et de sauvegarder leur développement physique, intellectuel et moral », a-t-il souligné.

Hamidou Sawadogo a par ailleurs invité les participants à échanger sur la méthodologie d’élaboration de l’avant-projet de décret portant détermination des travaux légers et, éventuellement, amender les outils de collecte des données.

Eliane Agnès YANOGO (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page