Burkina Faso : Ila, l’étudiant humoriste

Louis Arnaud Ilboudo alias Ila est un jeune web humoriste. Passionné par la comédie depuis le bas-âge, il décide, des années plus tard, d’embrasser une carrière de comédien. Étudiant en communication, Ila arrive à concilier ses études et sa passion. Afin de comprendre davantage la passion de ce jeune web humoriste, Faso7 l’a reçu.

Il y a deux ans de cela, Louis Ardaud Ilboudo alias Ila débutait dans le milieu du web humour. Une année plus tard, il se lance dans l’humour scénique. L’année suivante, il devient acteur/comédien. Sur les raisons qui l’ont poussé dans ce milieu, Ila a indiqué que l’humour a toujours été sa passion.

« Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours été fascinée par l’humour. C’est un domaine que j’aime beaucoup. Je peux dire que j’ai ça dans le sang », a laissé entendre le web humoriste. Il a aussi ajouté que faire rire les gens a toujours été une passion pour lui.

Après trois années dans le domaine, le comédien estime qu’il a réussi à faire plusieurs scènes. « Ça m’étonne souvent, mais j’arrive à me faire accepter de gauche à droite », a-t-il dit. Selon ses propos, il ambitionne faire son premier One Man show d’ici 2023.

Aussi, Ila compte faire progresser son niveau dans l’humour et le jeu d’acteur. Mais en entendant, l’homoriste évoque avec un grand sourire, le regard de sa famille sur sa passion. « Côté famille, ils n’ont pas dit grand-chose. Depuis le bas-âge, ils voyaient la chose en moi. Ce qu’ils ne veulent pas, c’est l’abandon des études », a-t-il déclaré.

Évoquant ses relations avec ses collègues humoristes, Ila a déclaré avoir « de très bonnes relations avec les autres ». Pour lui, tout se passe bien. Il a expliqué qu’il appuie certains dans la promotion et la communication de leurs événements.

Moussa Petit Sergent est l’humoriste qui a motivé le jeune étudiant en communication à se lancer dans ce milieu. Selon les explications d’Ila, son mentor incarne ses objectifs et sa vision. Sur son plus grand rêve, Ila a signifié que c’est celui de faire des grandes scènes.

« J’aime plus l’adrénaline en face du public. Être en contact avec le public, la chaleur humaine. C’est plus vivant. J’aime plus l’humour sur scène. C’est un autre univers », a-t-il dit pour conclure.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page