Conduite responsable des entreprises : L’expertise canadienne présentée aux acteurs miniers burkinabè

L’ambassade du Canada au Burkina Faso a tenu ce mardi 29 novembre 2022, un atelier d’information et de partage d’expériences sur la conduite responsable des entreprises (CRE) en partenariat avec le Forum RSE et la Chambre des mines du Burkina. Une activité tenue en marge de la célébration des 60 ans de partenariat entre le « pays des Hommes intègres » et « Le pays de la feuille d’érable ».

S’appuyer sur l’expertise canadienne en matière d’exploitation minière pour le cas du Burkina Faso, c’est l’objectif recherché avec la tenue de cet atelier d’information et de partage d’expériences sur la conduite responsable des entreprises (CRE).

De l’avis du président du Forum RSE, Kalid Kéré, la tenue de cette rencontre est une occasion d’approcher les parties prenantes du forum et l’Ambassade du Canada pour comprendre la nouvelle mise à jour de la conduite responsable des entreprises (CRE).

« Cette activité répond donc au besoin de connaître davantage les déclinaisons de cette stratégie et les enjeux pour nos parties prenantes notamment dans le secteur minier au niveau des communautés, mais aussi, pour le secteur privé en général », a-t-il laissé entendre.

Selon ses propos, cet atelier offre également l’opportunité de se pencher sur la manière dont les acteurs du secteur minier doivent fédérer leurs efforts afin d’améliorer l’apport du secteur privé dans le développement économique du Burkina Faso.

Pour Lee-Anne Hermann, l’ambassadrice du Canada au Burkina Faso, le Canada a œuvré afin de rendre l’exploitation minière inclusive, durable et créatrice de richesses pour les pays d’accueil de ses industries extractives.

« L’histoire du Canada montre que les industries extractives peuvent contribuer à édifier un pays. (…) Le secteur minier peut servir de catalyseur pour la croissance économique, la création d’emplois et l’autonomisation socio-économique des femmes et des jeunes », a-t-elle expliqué.

Au titre des actions posées pour arriver à ce niveau, la diplomate canadienne a signifié qu’il y a entre autres l’élaboration et de la mise à jour régulière d’une stratégie de conduite responsable des entreprises (CRE) et la création du bureau de l’Ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises.

Du côté du ministère de l’Énergie, des Mines et des Carrières, l’on est revenu sur l’importance du secteur minier pour le gouvernement de la Transition. Selon le ministre Simon Pierre Boussim, l’expertise canadienne est à saluer. Il a par ailleurs laissé entendre que les autorités œuvrent pour promouvoir un secteur minier résilient.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page