Assainissement : L’ONEA va offrir une station de traitement des boues de vidange à la commune de Dano

Des modules de séchages pour le filtrage des boues de vidange, des aires de séchages, un bâtiment administratif ainsi que d’autres réalisations constituent l’aspect technique de la station de traitement des boues de vidanges dans la commune de Dano, dans la province de l’Ioba (région du Sud-ouest). La pose de la première pierre de cette infrastructure a eu lieu ce 30 novembre 2022. Le coût global est estimé à environ 247 millions de francs CFA. Elle sera réalisée au quartier Dazougopouo de Dano sur une superficie 9 hectares.

Conformément à ses missions, l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) est chargé d’assurer l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement en milieu urbain et péri-urbain. C’est ainsi que le Programme National d’Assainissement des Eaux Usées et Excrétas (PN-AEUE) élaboré pour la période 2016-2030 constitue le nouveau référentiel de développement de l’assainissement au Burkina Faso. L’objectif général du PN-AEUE est d’assurer un assainissement durable des eaux usées et excrétas au Burkina Faso.

C’est dans cette dynamique que s’est tenue dans la commune de Dano, la pose de la première pierre de la construction de la station de traitement des boues de vidange. Il s’agit d’un projet financé par l’ONEA et la commune de Dano avec l’appui technique et financier de la GIZ pour l’élaboration des différentes études techniques indispensables à la réalisation. Le coût global de cette station de traitement est estimé à 247 532 646 de francs CFA sur une superficie de 9 hectares. Pour la première phase de réalisation, il est prévu la construction de trois modules de séchages, un bâtiment administratif, un poste de contrôle et des espaces de circulation pour les engins vidangeurs.

Assainir la ville et apporter un plus à l’agriculture

Cette station de traitement permettra la réduction du volume de boues, l’élimination des agents pathogènes, la stabilisation de la matière organique et des nutriments, la réduction des nuisances olfactives et la maitrise des micropolluants, la réutilisation ou la mise en dépôt sans risque des produits issus du traitement. Pour le Directeur général de l’ONEA, Gilbert Bassolé, en plus de contribuer à assainir la ville, cette station apportera également un plus dans la production agricole dans la commune de Dano.

« Le traitement qui sera appliqué aux boues a pour but de réduire leur contamination et permettre la valorisation pour la réutilisation en agriculture dans la dynamique de l’économie verte, ou pour la production du biogaz » a-t-il laissé entendre.

Ainsi, selon le rapport de l’Assistance Technique du Bureau d’Ingénieurs Conseil GFA en 2019, 74% des ménages de la ville de Dano disposent d’un ouvrage de confinement des excrétas à domicile. Mais l’accès aux services du transport, au traitement et utilisation des boues de vidanges n’est pas assuré. Dans les pratiques populaires et particulièrement à Dano, les excrétas sont rejetés directement dans les champs pour le compostage. Des pratiques qui affectent l’environnement, la santé humaine et animale, et ce, à travers la contamination de la nappe phréatique, l’émission de mauvaises odeurs, la prolifération des nombreuses maladies liées au péril fécal.

Un infrastructure pour l’intérêt de toute la province

Dans cette dynamique de changement de comportement des populations pour l’atteinte d’un assainissement adéquat le Haut-Commissaire de la Province du Ioba, Bernadette Adenyo/Sermé, tout comme le Président de la Délégation Spéciale de la commune de Dano, Dénis Zanré, ont invité les populations à adhérer au processus de réalisation du joyau qui permettra l’amélioration de leurs conditions de vie.

« C’est vrai que la réalisation s’effectue dans la ville de Dano, mais c’est pour l’intérêt de toute la province » a souligné Bernadette Adenyo/Sermé.

Notons par ailleurs que l’ONEA a assuré la réalisation de trois (3) stations de traitement à Ouagadougou et une station à Bobo Dioulasso. La construction de la station de Dano est confiée à l’entreprise EMIP Construction. La durée de réalisation est de huit mois.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page