Programme de 40 000 logements : Des promoteurs immobiliers dénoncent un acharnement de l’ASCE-LC

L’association des promoteurs immobiliers du Burkina Faso est remontée contre l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC). Accusés entre autres pour des faits de corruption et de blanchiment de capitaux selon eux par l’ASCE-LC, les membres de l’association ont dénoncé un acharnement dont ils sont victimes depuis plusieurs jours. C’était au cours d’une conférence de presse ce lundi 28 novembre 2022.

Pour les membres de l’association, la raison fondamentale de cet acharnement contre eux, est liée au programme de 40 000 logements initiés dans le cadre du programme national de construction de logements (PNCL) sous le régime de l’ancien président Roch Kaboré.

Selon les promoteurs immobiliers, dans le cadre de la réalisation du programme, le PNCL à travers le Centre de gestion des cités (CEGECI) du Burkina Faso, avait signé des conventions avec des promoteurs immobiliers pour la construction des logements. Ces conventions signées sous la forme de Partenariat-Public-Privé (PPP) engageaient les promoteurs immobiliers à mobiliser les ressources pour la réalisation des travaux. En retour, le maître d’ouvrage prend l’engagement de payer les promoteurs, une fois les logements livrés, selon un échéancier bien déterminé, à savoir, 30 à 40% à la réception provisoire ; 50 à 60% six (06) mois après la réception provisoire et 10% à la réception définitive, ont précisé les conférenciers.

A en croire les conférenciers du jour, le CEGECI afin d’aider certains promoteurs immobiliers à faire face aux difficultés de mobilisation des ressources financières pour démarrer et achever les travaux, a dû accorder à ces derniers, des avances. « (…) Considérant ces difficultés, et face à la pression des souscripteurs pour les logements dont le taux de vente était très élevé, le CEGECI a consenti le paiement d’avance à certains promoteurs et l’octroi de traite à d’autres », a déclaré Safiatou Ouédraogo, membre de l’association.

Des conventions rejetées par la nouvelle direction du CEGECI

Selon les conférenciers, depuis le départ de l’ancien directeur général du CEGECI, les membres de l’association font face à une remise en cause de leurs conventions, des traites et des avances de paiement qui leur ont été accordées par l’ancienne direction.

Les promoteurs immobiliers disent également être victimes d’acharnement de la part de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption. « Sous prétexte que nous avons reçu des paiements d’avance ou des traites de la part du CEGECI, nous sommes accusés de corruption, de blanchiment d’argent et détournement de fonds. Certains d’entre nous font l’objet de mandat de dépôt et de perquisitions musclées à domicile et au bureau », a indiqué Safiatou Ouédraogo.

« L’ASCE est venue chez moi avec main-forte le mercredi passé à 5 heures du matin comme quoi ils avaient un mandat de perquisition chez moi. Je n’ai jamais été convoquée préalablement concernant l’affaire. Ils ont commencé à perquisitionner ma maison. Ils ont perquisitionné la chambre principale, jusqu’à la chambre des enfants, jusqu’à la cuisine. Ils ont tout fouillé sans que je ne sache de quoi on m’accuse. Arrivée au bureau, ils ont perquisitionné comme ils ont pu et ils ont pris uniquement mes lettres avec la CEGECI. C’est après ça qu’ils m’ont dit de les suivre à l’ASCE. Arrivé là-bas, ils ont tiré une notification de mandat pour moi. J’ai signé et nous sommes partis devant le juge d’instruction et c’est là-bas qu’on a lu les charges contre moi. On m’accuse de détournement et de blanchiment de capitaux. On dit que c’est en rapport avec le DG du CEGECI, Boureima Thiombiano qui est parti. Boureima Thiombiano et moi, on ne s’est jamais vu. On ne s’est jamais parlé au téléphone. (…) C’est CEGECI qui me doit. Je ne dois pas 5 F CFA à la CEGECI. Je ne comprends pas cette arrestation et un mandat de dépôt à la MACO. Il a fallu des discussions compte de ma santé, que j’ai été libérée sous caution », a témoigné Salamata Ouédraogo née Cango, responsable de la société Africa DIS, également membre de l’association.

Que la lumière soit faite!

Selon cette dernière, plusieurs agents du CEGECI sont actuellement placés sous mandat de dépôt dans le cadre de cette affaire et plusieurs promoteurs immobiliers ont déjà été auditionnés.

Pour les membres de l’association, l’objet de leur sortie médiatique de ce jour est d’exiger que la lumière soit faite sur cette affaire afin que leur honneur soit rétabli. Ils comptent entreprendre d’autres actions dans les jours à venir, car convaincus de n’être coupables de rien. « Ce que nous on veut concrètement, que l’affaire soit éclaircie, que tout le monde sache ce qui se passe. Je ne peux pas comprendre que nous on se saigne, on construit, on veut rendre service à notre pays et c’est nous qu’on poursuit. C’est inadmissible. Pour les 40 000 logements, l’Etat n’a pas pu donner les raisons aux banques de nous accompagner. Aucune banque n’a voulu accompagner les 40 000 logements. C’est à toi le promoteur de te débrouiller pour construire », s’est une fois de plus exprimée Safiatou Ouédraogo.

En rappel, l’ASCE-LC a lancé un avis de recherche criminelle à l’encontre de l’ancien directeur du CEGECI, Boureima Thiombiano, depuis le 12 octobre 2022. Ce dernier est poursuivi pour des faits « de corruption, d’enrichissement Illicite, de surfacturation, de fraude fiscale, de prise Illégale d’intérêt, de délit d’apparence, de favoritisme, de blanchiment de capitaux, d’entrave à la justice etc… ».

Lire ici▶ Burkina Faso : Un avis de recherche criminelle lancé contre l’ex DG du CEGECI

Articles similaires

Un commentaire

  1. Ce pays est vraiment beau ! une inspection de l’Etat engage des poursuites contre des individus et ce sont ces derniers qui donnent une conférence de presse pour exiger de l’Etat d’éclaircir une situation qui est en cours devant la justice § vive l’Etat ! pauvre Burkina !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page