Burkina Faso : Les résultats prévisionnels de la campagne agropastorale 2022-2023 en cours de validation

Le Comité de prévision de la situation alimentaire et nutritionnelle (CPSA) tient sa deuxième session de l’année 2022, les 17 et 18 novembre 2022 au siège du ministère en charge de l’Agriculture. Au cours de cette rencontre, les participants prévoient de valider les résultats prévisionnels de la campagne agropastorale 2022-2023, de la situation alimentaire et nutritionnelle courante. Ils comptent également dégager des perspectives.

La cérémonie d’ouverture de cette session a été présidée par Denis Ouédraogo, le ministre en charge de l’Agriculture. Dans son discours il a laissé entendre que la réussite de cette session permettra au gouvernement et à ses partenaires techniques et financiers, de disposer des informations fiables et consensuelles sur les perspectives alimentaires et nutritionnelles.

« Très attendus, les résultats de vos analyses seront présentés en Conseil des ministres pour adoption et serviront à la prise de décisions importantes en vue d’anticiper les difficultés éventuelles que pourraient connaître les populations vulnérables à l’issue de la présente campagne agropastorale », a-t-il laissé entendre.

Pour revenir aux chiffres clés, le dernier rapport Régional sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle élaborée en octobre 2022, montre qu’une crise alimentaire touche plus de 38,3 millions de personnes dans l’ensemble des 17 pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, en 2022.

« Cette crise est consécutive à la conjugaison de plusieurs facteurs de risques notamment la sécheresse enregistrée au cours de la campagne agropastorale 2021/2022 entraînant la baisse importante de production céréalière et fourragère en particulier dans les pays de la bande sahélienne », a commenté le ministre en charge de l’Agriculture.

Le président de la cérémonie a également fait cas de la pandémie de la Covid-19, et le conflit russo-ukrainien, qui contribuent au maintien de la tendance haussière des prix des denrées alimentaires.

« En rappel, notre pays enregistrait au mois d’août 2022, un taux d’inflation de 18 %, soit le plus important de l’espace communautaire. Cela suscite donc de vives inquiétudes quant à la concrétisation des engagements internationaux visant l’élimination de la faim d’ici 2030 », a-t-il expliqué.

Le 18 novembre 2022, le rapport final de cette session sera présenté.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page