Burkina Faso : Le gouvernement veut relever le défi de l’objectif « faim zéro » d’ici 2030

Le Burkina Faso commémore ce 17 novembre 2022, la 42e Journée mondiale de l’Alimentation, sous le thème, « Ne laisser personne de côté ! Amélioration de la production, de la nutrition, de l’environnement et des conditions de vie ». Une cérémonie officielle a été organisée au ministère en charge de l’Agriculture pour marquer l’évènement.

C’est le Premier ministre, Apollinaire Kyélem de Tambèla, qui a été désigné pour présider cette cérémonie. Sur les lieux, il a été représenté par le ministre d’Etat, ministre en charge de la Fonction Publique, Bassolma Bazié.

Pour prononcer le discours de célébration de son représenté, Bassolma Bazié a commencé par indiquer qu’au Burkina Faso, l’insécurité alimentaire a touché durant la période de soudure environ 3,5 millions de personnes soit 16% de la population avec un indice de faim de 25,8% en 2021 et une prévalence de la sous-alimentation de 19,2% ; selon l’analyse du cadre harmonisé de mars 2022.

« Il est plus qu’urgent que le pays se donne les outils et les moyens de renforcer ses systèmes alimentaires », a cité le représentant du Premier ministre.

Relever le défi de l’objectif « faim zéro » d’ici 2030

De ce qui précède, Bassolma Bazié a promis que le Gouvernement du Burkina Faso veillera au renforcement du cadre institutionnel favorable à l’éclosion et au développement des unités socio-économiques intervenant dans les différents maillons des filières agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques tout en intensifiant les investissements structurants dans le secteur.

Appel a également été lancé aux populations, aux producteurs et aux acteurs du secteur privé à relever le défi de l’atteinte de l’objectif « faim zéro » d’ici 2030. Pour ce faire, Bassolma Bazié les a invité à mettre à profit les potentialités dont regorgent les pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Au titre des potentialités du Burkina Faso, il a cité 233 500 ha de terres irrigables avec 500 000 ha de terres facilement aménageables ; un cheptel diversifié de plus de 60 millions de têtes, constitué à 39% de ruminants et 60% de volaille ; une diversité floristique source de produits forestiers non-ligneux ; l’existence de technologies éprouvées mises au point par la recherche en matière de production agro-sylvo-pastorale, faunique et halieutique. Il a également fait cas d’un marché de plus 386 millions de consommateurs au sein de l’espace CEDEAO.

Seulement 5 827 écoles primaires dotées de cantines

Notons que Daouda Sow, représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Burkina Faso a été à cette cérémonie. Il a soulevé la question de l’initiative présidentielle « assurer à chaque enfant en âge scolaire au moins un repas équilibré par jour », pour dire que seulement 5 827 écoles primaires sur 14 675, soit 39,7% sont des écoles dotées de cantines, selon le Secrétariat permanent chargé de la mise en œuvre de l’initiative en question.

Pour ce qui est des chiffres mondiaux en termes d’alimentation, Daouda Saw a fait savoir que selon les statistiques 2021 de la FAO, plus de 3 milliards d’individus soit près de 40 % de la population mondiale ne pouvaient pas se permettre une alimentation saine ; environ 820 millions de personnes ne mangeaient pas à leur faim ; plus de 159 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient de retard de croissance, soit plus d’un enfant sur cinq dans le monde.

Pour finir, Daouda Saw a fait savoir que la Journée mondiale de l’alimentation est la plus célébrée du calendrier des Nations Unies.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page