Burkina Faso : L’Etat et la BIsD financent l’éducation de base à plus de 14 milliards FCFA

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales, Joseph André Ouédraogo, a présidé ce lundi 14 octobre 2022, à Ouagadougou la cérémonie du lancement officiel du Projet de développement de l’éducation de base (PDEB) phase V. Il s’agit d’un projet financé par la Banque islamique de développement (BIsD) et l’Etat burkinabè à un coût de plus de 14 milliards de FCFA.

Pour la réalisation du Projet de développement de l’éducation de base (PDEB) phase V (2022-2025), la Banque islamique de développement (BIsD) a débloquée 11 408 000 000 FCFA et la contribution de l’Etat burkinabè s’élève à 2 892 000 000 F CFA.

Ce projet va contribuer au développement de l’enseignement primaire, post-primaire des régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-EST, du Centre-Sud et de l’Est du pays. « C’est incontestable que nous allons assister dans les jours et mois à venir, à une amélioration du système éducatif de notre pays en termes d’actions, en termes d’amélioration également et de la qualité », a indiqué le ministre en charge de l’éducation nationale, Joseph André Ouédraogo.

Toutes ces réalisations vont contribuer à améliorer les indicateurs de notre pays

Pour ce faire, il fait savoir que plusieurs réalisations sont attendues à la fin de ce projet. Il s’agit de la construction et l’équipements de 60 complexes scolaires en remplacement des salles sous-paillottes, de 30 complexes scolaires pour la normalisation de ceux réalisés dans le cadre de la phase 4 du projet.

Il s’agit également, entre autres, de la construction et de l’équipement de 10 collèges d’enseignement général, d’un Institut national de formation des personnels de l’éducation (INFPE) du Centre-Sud, de la réalisation de 65 forages scolaires positifs.

« Toutes ces réalisations vont contribuer à améliorer les indicateurs de notre pays en termes d’accès et de qualité de l’éducation de base, engendrer des retombées pour l’économie de notre pays et également améliorer la situation socio-économique des populations des localités bénéficiaires », a laissé entendre Joseph André Ouédraogo.

De son côté, la chargée de projet de la BIsD, Asma Bousdira, a indiqué que le projet de développement de l’éducation de base phase V va permettre au Burkina Faso d’investir plus dans l’éducation dans le but de contribuer au développement de ce secteur.

La cérémonie de lancement a pris fin par une photo de famille – © Faso7

« Ce projet est très important pour le Burkina Faso car c’est un secteur qui réunit les objectifs du développement social, économique. C’est avec l’éducation en fait qu’on s’attend améliorer la situation », s’est-elle exprimée.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page