Burkina Faso : 12 707 accidents dont 624 décès au premier semestre de 2022 (ONASER)

L’Office national de la sécurité routière (ONASER) a lancé une campagne de sensibilisation destinée aux élèves à Koudougou, le jeudi 10 novembre 2022. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la 4e édition de la rentrée scolaire en toute sécurité routière.

Sensibiliser les jeunes sur les dangers liés à l’insécurité routière, telle a été la principale raison qui a poussé l’Office national de la sécurité routière (ONASER) à tenir la 4e édition de la rentrée scolaire en toute sécurité routière. Pour cette édition, c’est la vile de Koudougou qui a été choisie pour le lancement.

En matière de sécurité routière, les données statistiques ne sont pas reluisantes. Selon l’ONASER, l’année 2021 a enregistré 25 118 accidents avec 1 272 décès et 18 340 blessés. Pour le 1er semestre de l’année 2022, ce sont 12 707 accidents avec 8 223 blessés et 624 décès qui ont été comptabilisés.

« Quand on tient à quelque chose, on prend toutes les précautions pour la protéger. C’est ce que vous faites avec les téléphones portables (…) alors celui qui ne protège pas sa tête en portant un casque en circulation sait qu’il n’a rien dans sa tête », tels ont été les mots de l’artiste Nathanaël Minoungou pour conseiller les élèves présents.

« Grâce à votre travail (…) plusieurs vies ont pu être épargnées », (Évariste Méda, directeur général de l’ONASER) – © Faso7

« Chaque année, des milliers de personnes meurent sur nos routes pendant que des milliers d’autres sont blessés ou handicapés à vie à la suite d’un accident de la circulation. Des études révèlent que 90% de ces accidents ont pour origine une erreur humaine », a déclaré le ministre en charge des transports Roland Somda. Selon ses propos, les causes des accidents sont diverses.

Il a entre autres parlé du non-respect des panneaux de signalisation, aux excès de vitesse en passant par les conduites agressives et les dépassements hasardeux. Pour lui, « les comportements à risque sont nombreux et ils sont principalement le fait des adolescents qui aiment souvent le goût du danger et des sensations fortes ».

Les objectifs de cette campagne sont, entre autres, de mener des actions cibles et d’aborder avec les jeunes, des thèmes qui vont permettre un changement profond des comportements routiers et une prise de conscience des conséquences dramatiques des accidents de la circulation.

De son côté, le directeur général de l’ONASER, Evariste Méda a encensé les différents acteurs qui, à travers leurs diverses actions, contribuent à protéger les populations contre les accidents de la circulation. « Grâce à votre travail de sensibilisation, d’éducation et formation mené sur le terrain depuis des années, plusieurs vies ont pu être épargnées. Pour ce faire, je tiens ici à vous exprimer ma très chaleureuse reconnaissance », a-t-il dit.

« Nous invitons tous les élèves à donner l’exemple sur la route en matière de sécurité routière », (Yanice Ouédraogo)- © Faso7

Cette cérémonie a offert l’occasion de revenir sur la nécessité de porter un casque pour les motocyclistes et cyclistes. Selon une étude, les accidents impliquant les deux-roues qui sont utilisés majoritairement par les jeunes sont courants. Le Centre Hospitalier de Tengando, en 2020, à travers une autre étude, a révélé que sur 100 accidents qui se produisent, 82 entraînent des traumatismes crâniens.

« Nous sommes conscients des risques élevés que nous encourons si nous sommes impliqués dans un accident de la route. Nous invitons tous les élèves du Burkina Faso à donner l’exemple sur la route et à promouvoir les bons comportements en matière de sécurité routière. Pour contribuer à la lutte contre l’insécurité routière dans notre pays », a répondu Yanice Ouédraogo, le porte-parole des élèves.

Cette campagne placée sous le thème « pour ma vie, je porte le casque » se déroule du 10 au 13 novembre 2022 avec des activités de communication, des actions de contrôles routiers, des implantations de panneaux de signalisation et la réalisation de passages pour piétons ainsi que des actions de facilitation de la traversée piétonne.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page