Me Guy Hervé Kam : «Les vieux démons de la tyrannie sont toujours présents au Tchad»

Le Collectif Panafricain pour le Tchad composé d’une dizaine d’organisations a donné de la voix ce lundi 7 novembre 2022 sur la situation socio-politique que traverse le Tchad depuis le 20 octobre 2022.

« Briser le mur du silence face aux folies meurtrières du Président Déby-fils et de son clan », c’est l’objectif visé par le collectif Panafricain pour le Tchad. Selon les membres de ce collectif, il faut donner de la voix afin d’apporter une réponse face à la crise socio-politique que traverse le Tchad depuis le 20 octobre 2022.

« Il est triste de constater que les vieux démons de la tyrannie sont toujours présents au Tchad », a lancé Me Guy Hervé Kam sur la situation qui prévaut au Tchad. Selon ses propos, le régime du Président Déby-fils bénéficie de la « bénédiction et de l’onction de certaines puissances occidentales maniaques de jeux d’intérêts abjects ».

Au nom du collectif, l’avocat a souligné que ce sont « la terreur et l’oppression » qui guident le régime actuel. Selon lui, des dizaines de familles sont sans nouvelles de leurs proches depuis le 20 octobre 2022.  « Les autorités tchadiennes coupables de ces crimes poussent l’outrecuidance jusqu’à empêcher des parents de victimes de retirer les dépouilles mortelles des membres de leur famille pour les ensevelir dans la dignité », a ajouté Me Guy Hervé Kam.

…protéger le peuple tchadien contre tous les assassins

À l’endroit de la Police et de l’armée tchadienne, le Collectif panafricain pour le Tchad a rappelé que leur rôle est de « protéger le peuple tchadien contre tous les assassins qui veulent le bâillonner ».

Réitérant son soutien au peuple tchadien, le collectif appelle « l’Union africaine à mettre en place urgemment une Commission d’enquête indépendante pour faire toute la lumière sur les massacres du 20 octobre et sanctionner les coupables de ce drame à la hauteur de leur forfait ».

À l’endroit, des autorités tchadiennes, Me Guy Hervé Kam et ses camarades appellent à initier urgemment un dialogue inclusif et sincère avec les forces vives du Tchad.

En rappel, le Collectif Panafricain pour le Tchad est composé de l’alliance Ensemble pour le Faso, du Balai Citoyen, du Cadre deux heures pour Kamita, du Centre Valère Somé, de Burkina Yirwa, de la Ligue Panafricaine Umoja, de la MIFa, de la Génération Cheikh Anta Diop, du Pastef et de CORA.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page