An 8 de l’insurrection populaire: Une victime exprime son amertume

Après la cérémonie de commémoration du 8e anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, des victimes, toujours dans l’attente d’une prise en charge adéquate de l’État burkinabè, ont exprimé leur amertume au micro de Faso7.

Dramane Ouédraogo fait partie des blessés de l’insurrection populaire de 2014. Lors des événements , il a subi une fracture de la boîte crânienne.

©Faso7

Tout en affirmant son accompagnement aux nouveaux tenants du pouvoir, ils leur a invité à jeter un regard sur les cas des victimes de l’insurrection populaire, qui sont toujours en attente d’une prise en charge.

« J’ai plus de 60 ans. Je suis là, je suis dans l’incapacité. Depuis, je n’ai plus travaillé comme ça alors que tout le Burkina sait que je suis un artiste et je suis travailleur. J’ai fais ce que je pouvais, mais les blessures ont fait que nous sommes diminués à plus de 50% ou 60% même de nos capacités. Donc j’estime que si nous ne disons rien et si nous ne pleurnichons pas avec les autorités quand même, s’il y a eu des lois qui ont été votées pour nous suivre et puis non seulement nous dédommager, il faut qu’ils mettent en pratique ces lois là », a-t-il laissé entendre.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page