Burkina Faso: Des commerçants manifestent contre la nomination de Donatien Nagalo

Moins de 24 heures après leur conférence de presse au cours de laquelle ils avaient qualifié de « haute trahison » la nomination de Donatien Nagalo à la tête du ministère en charge du commerce, des commerçants se sont rassemblés ce jeudi 27 octobre 2022, devant le ministère chargé du commerce, pour une fois de plus, selon eux, exprimer exprimé leur mécontentement contre la nomination du sieur Donatien Nagalo.

« Où est l’exemplarité tant prôné? », « Nous soutenons Kyelem pas Nagalo », « Nous voulons des ministres intègres », « Non à l’arnaqueur Nagalo » sont entre autres ce qu’on pouvait lire sur les pancartes des manifestants, alors que devait se tenir la cérémonie d’installation du nouveau ministre Donatien Nagalo, ce même jour. La cérémonie en question a été finalement reportée à une date ultérieure.

« Quand il a orchestré son escroquerie, il y avait des reçus. Des gens ont encore ces reçus-là. Nous avons fait quelques photocopies pour que si les autorités veulent, nous allons les apporter ces photocopies pour qu’elles demandent à monsieur Nagalo, où est rentré tout cet argent-là. (…) Nous estimons qu’il n’y a pas mois de 500 personnes qui ont été escroquées », a laissé entendre Harouna Kabore, président du Conseil régional de l’économie informelle du centre ( CREI-C), initiateur de la manifestation.

En rappel, lors de leur conférence de presse le mercredi 26 octobre 2022, les responsables du Conseil régional de l’économie informelle du centre ( CREI-C) avaient qualifié de ‘’haute trahison’’ la nomination de Donatien Nagalo. Pour eux, le ministre est responsable de faits d’escroquerie.

« Le ministre dont nous accusons aujourd’hui avec sa structure SYNACOMB avait organisé un système qui disait qu’il allait aider les commerçants et les commerçantes à acquérir des prêts à travers une caution solidaire. Les gens ont adhéré à ce projet en son temps et les gens s’étaient acquittés d’une facture de 22 000 F CFA chacun. Il n’y a pas eu de suite » avait déclaré Harouna Kabore, président du CREI-C.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page