Burkina Faso : Des commerçants réfutent la nomination de Donatien Nagalo

24 heures après le dévoilement du gouvernement de la transition par le Premier ministre Apollinaire Kyélem de Tambèla, les premiers responsables du Conseil régional de l’économie informelle du centre ( CREI-C), au cours d’une conférence de presse ce mercredi 26 octobre 2022, ont qualifié de « haute trahison », la nomination de Donatien Nagalo à la tête du ministère en charge de l’Artisanat et du Commerce.

Pour le CREI-C, Donatien Nagalo ne doit pas être porté à la tête du ministère car s’étant rendu coupable d’escroquerie avec le Syndicat national des commerçants pour Burkina (SYNACOMB) dont il assurait la gestion.

« Le ministre dont nous accusons aujourd’hui avec sa structure SYNACOMB avait organisé un système qui disait qu’il allait aider les commerçants et les commerçantes à acquérir des prêts à travers une caution solidaire. Les gens ont adhéré à ce projet en son temps et les gens s’étaient acquittés d’une facture de 22 000 F CFA chacun. Il n’y a pas eu de suite », a déclaré Harouna Kabore, président du CREI-C.

« Choqués » et considérant que la nomination du nouveau ministre est un « acte de haute trahison envers les commerçants », les premiers responsables du CREI-C ont invité le gouvernement d’Apollinaire Kyélem de Tambèla à ouvrir une enquête de moralité sur la personne de Donatien Nagalo.

De l’avis des membres du CREI-C, la nomination de Donatien Nagalo ne présage pas de résultats satisfaisants pour le secteur du commerce.

« S’il est nommé ministre du commerce et des PME, on sait déjà à quoi ça va aboutir et comme le secteur est déjà à l’agonie, les gens sont dans la souffrance. Nous attendons une personne qui va vraiment nourrir cet espoir », a soutenu Harouna Ouedraogo.

Si malgré leur interpellation, le ministre Donatien Nagalo est maintenu à son poste, les membres du CREI-C disent savoir quelle attitude adoptée.

« Si l’autorité ne nous écoute pas et veut faire ce qu’il veut, il n’y a pas de problème. Nous, nous savons ce que nous allons faire » a laissé entendre Dabo Moussa, membre du CREI-C.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page