Odilia Yonli, action !

Le 15 septembre 2022, lorsque nous franchissons la porte principale du domicile d’Odilia Yonli à Zagtouli, un quartier de Ouagadougou, nous étions loin d’imaginer nous retrouver en face d’une dame avec une telle énergie. Une poignée de main vigoureuse. Ferme. Le regard franc et droit. Elle nous conduit sous un hangar trônant au milieu de la cour. Assise dans une chaise ferrée blanche, dos aux plantes grimpantes, Odilia Yonli ou Mme M’Ba Bouanga ou encore Tinnin se livre à Faso7.

300 Francs CFA. En 1976. C’est le premier cachet perçu par Odilia Yonli à ses débuts en tant qu’actrice. Loin de se douter qu’elle deviendra des années plus tard, une icône du cinéma burkinabè, elle embrassait sa passion.

Actrice et comédienne, Odilia Yonli, plus connue avec l’interprétation des rôles de Mme M’Ba Bouanga ou encore Tinnin dans la série à succès « Trois hommes, un village »,  est née en 1952 à Fada N’Gourma. Dès le bas-âge, elle commence le théâtre à l’école primaire. Cette passion ne va plus jamais la quitter. Des scènes de théâtre jusqu’aux écrans de télévision et les salles de cinéma, Odilia Yonli est l’une des actrices préférées des cinéphiles burkinabè.

Née d’un père fonctionnaire, elle va parcourir une grande partie du pays dès l’enfance avec son géniteur au gré des affectations. Comme si le destin savait qu’elle devrait ‘’finir’’ avec les recoins Burkina Faso le plutôt possible pour s’exporter, Odilia fait son école primaire dans plusieurs localités du pays.

Le cinéma amènera notre ‘’Yennega’’ dans plusieurs pays dont le Brésil

Titulaire d’un Brevet d’Etude du Premier Cycle vers les années 70,  Odilia Yonli intègre la Fonction publique burkinabè comme agent de bureau en 1977. D’abord au sein du ministère en charge de l’administration territoriale puis au département en charge de l’information et de la culture. Son arrivée au sein dudit département a été beaucoup plus motivée par ses talents de comédienne.

Apprenant sur le tas, Odilia Yonli intègre la troupe de la radio nationale en 1976 comme comédienne. « Je n’ai pas eu de formation de base avant de commencer. C’est par la suite que je me suis formée. J’ai appris comme ça seulement », narre-t-elle. L’actrice révèle avoir embrassé le métier de comédienne avant d’intégrer la Fonction publique.

Des scènes, Odilia Yonli en a parcourues. Mais quelle était la première ? Là, l’actrice devient évasive. Son regard rejoint le ciel. Elle cherche. En vain. Tout ce qui lui revient en tête, c’est qu’elle faisait du théâtre depuis l’école primaire et avait l’habitude de participer aux représentations lors des fins d’années. Il n’y a donc pas eu de première fois à proprement dite pour Mme M’Ba Bouanga.

Odilia Yonli (gauche) et Aminata Diallo/Glez (droite) dans « Trois hommes, un village » – – © DR

« Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais il donne autant de lumière », a-t-on l’habitude de dire. Odilia Yonli applique cet adage populaire à souhait depuis le bas âge. « Avec moi, tu ne t’ennuies pas. Je faisais rire les gens. J’aime la bonne humeur », raconte-t-elle comme si c’était un secret encore tant l’actrice crève les écrans par sa facétie et son jeu d’acteur.

Même si Tinnin accuse l’âge pour ses trous de mémoire, elle n’a cependant pas oublié le nom de sa toute première participation à une représentation théâtrale. Elle était encore sur les bancs. « Le Martyr de l’Ouganda », se souvient-elle.

Reconnue au-delà des scènes, le talent d’Odilia Yonli en tant que comédienne se laisse découvrir par le monde entier quand elle se lance dans le cinéma. Nous sommes en 1984. Tinnin devient actrice !

« Tipoko ou la fille qui ne parle pas aux étrangers ». C’est le tout premier plateau de tournage d’Odilia Yonli. En 1988, elle effectue son premier voyage hors de la capitale dans le cadre d’un tournage. C’était avec Gaston Kaboré sur « La maladie du sommeil ». Cette épopée dans le cinéma amènera notre ‘’Yennega’’ dans plusieurs pays dont le Brésil. Un voyage qu’elle n’est pas prête d’oublier. Suivez dans cette vidéo, Odilia Yonli revient sur ce fameux voyage.

[Vidéo] – Le premier salaire de Odilia Yonli

Au-delà de la famille artistique, Odilia a aussi construit sa famille biologique. Lorsque nous abordons ce côté de son jardin, ce sont des éclats de rire et des soupirs  qui s’entremêlent. Vivre sa passion n’a pas été chose aisée. « C’était des gymnastiques pour pouvoir faire le théâtre », nous a-t-elle confié. Odilia était obligée de se cacher pour aller à ses répétitions. « Je prenais le mur pour aller. À mon retour, aussi, je reprenais le mur pour rentrer », confesse l’amoureuse de la musique cubaine, tout en s’assurant que des oreilles indiscrètes ne nous entendent pas.

Alors que les échanges avec Odilia Yonli devenaient de plus en plus alléchants, elle stoppe tout. D’un bond, elle quitte le reposoir. « Pardon, je vais aller voir ma marmite au feu », lance-t-elle. Décrochant notre micro, la « mamie », en trottinant, s’éclipse vers la cuisine. Une dizaine de minutes plus tard, elle revient. La conversation peut reprendre.

« Où en-étions-nous ? », demande-t-elle. Le sourire aux lèvres, elle s’excuse pour cette interruption. Nous pouvons revenir à nos moutons. La confession se poursuit ! Odilia est mère de 6 enfants qui, actuellement, vivent hors du Burkina Faso. La star du cinéma partage ainsi son quotidien avec une petite fillette. Avec son mari, Odilia a été confrontée à un choix. La réponse dans cette vidéo.

[Vidéo] – Odilia Yonli monte sur scène trois jours après un accouchement

Avec une filmographie aussi riche que la sienne, Odilia Yonli a du mal à choisir le rôle dans lequel elle s’est sentie à l’aise. Regard en l’air. Main sur la joue. Bouche légèrement ouverte. Tapotement du pied au sol. Ce sont là, les tics de Tinnin quand elle se plonge dans une réflexion.

Soudain, alors que nous pensons qu’elle a une réponse à nous donner, elle nous prend à contre-pied. « Je ne peux pas choisir. Dans tous les rôles qu’on m’a donnés, je me suis sentie à l’aise. Je n’ai pas de préférence. Je suis à l’aise », laisse-t-elle entendre.

Que ce soit sur une scène de théâtre ou un plateau de tournage, Odilia Yonli, a déclaré être à l’aise. Elle confie n’avoir jamais refusé un rôle. « Quel que soit le rôle qu’on me confie, j’ai toujours joué et je me suis toujours sentie à l’aise », dit-elle.

Un tournant décisif dans la vie d’Odilia Yonli a été sa rencontre avec Hippolyte Ouangrawa alias M’Ba Bouanga. Évoquer simplement ce nom suscite de l’émotion chez la septuagénaire. Soupir. Sourir. Silence. Rire. L’admiration et la reconnaissance de Mme M’Ba Bouanga envers M’Ba Bouanga, « son mentor », sont perceptibles. « Je peux dire qu’il m’a formée », lance-t-elle d’un ton solennel. Le courant passe naturellement avec M’Ba Bouanga. Dans cette vidéo, vivez la complicité entre les deux acteurs.

[Vidéo] – L’atypique complicité entre Monsieur et Madame Mba Bouanga 

Malgré un succès reconnu, cela n’est pas monté à la tête d’Odilia Yonli. Sobrement, elle vit sa célébrité. Tinnin nous explique qu’elle est à la disposition des populations. Au marché. En circulation. À l’hôpital. Et même devant sa porte, la femme de M’Ba Bouanga ne passe pas inaperçue et cela a aussi ses avantages, lance-t-elle en s’esclaffant. « Souvent, je pars faire le marché et je reviens avec le panier chargé alors que je n’ai pas dépensé. Les gens sont toujours contents de me voir et ça me fait plaisir aussi », reconnaît-elle.

Actuellement, Odilia Yonli a décidé de se consacrer au cinéma. Sa raison, l’âge. Au cinéma, il y a la possibilité de rattraper les erreurs. « Dans le théâtre, il faut avoir une bonne mémoire. Alors que dans le cinéma, on peut couper, reprendre et corriger les erreurs », explique-t-elle.

Du haut de ses 70 ans, Odilia Yonli a comme plat préféré le tô. La couleur jaune est sa favorite. Amoureuse de la musique cubaine, car très dansante, Mme M’Ba Bounaga se définit comme une personne qui aime la vérité, le pardon et la joie de vivre. Une description de soi confirmée par ses collaborateurs.

« Toujours donner la joie, le bonheur d’être ensemble », c’est ce que Hyppolyte Ouangrawa, homme de théâtre et de cinéma burkinabè, a trouvé pour parler de sa « femme ». Il indique que c’est le même constat côté professionnel. Selon ses propos, Odilia « vivait » le théâtre, ce qui la rendait meilleure. « Quand tu vas faire un travail, fais-le pour toi-même d’abord. Après, les gens verront que c’est bien fait et ils vont apprécier », conseille-t-il.

Hyppolyte Ouangrawa alias M’Ba Bouanga, homme de culture et mari d’Odilia Yonli dans plusieurs films – © Faso7

Même constat qu’Aminata Glez, la productrice de la série à succès, « Trois femmes, un village ». Glez qui est aussi actrice n’est pas avare en éloges envers Odilia Yonli. Elle a du talent ! Clame Mme Glez. La complicité entre les deux artistes est née sur le plateau de tournage de cette série. Femmes de ‘’ladji’’, rôle qu’a incarné Rasmané Ouédraogo, Aminata Glez jouait le rôle de Marie  alors que  Tinnin était incarnée par Odilia Yonli.

Dans un audio, rempli d’émotions, envoyé à notre équipe, Aminata Glez explique que la comédienne est « une vieille connaissance ». Alors qu’elle était toujours au lycée, Odilia Yonli était déjà sur la scène. Sur le plateau du tournage, Aminata Glez relate avoir vécu le « bonheur » aux côtés de Tinnin. Expérimentée, maternelle et humaine sont, entre autres, les qualités que Marie reconnaît en Tinnin. « Elle est très professionnelle et bienveillante », fait-t-elle remarquer.

Ne se donnant pas des limites quand c’est pour apprécier sa « sœur », sa « maman », sa « collaboratrice » et la professionnelle, Aminata Glez estime qu’Odilia Yonli est « très très très professionnelle et humaine ».

[Podcast] – Ce que Aminata Diallo Glez pense d’Odilia Yonli

Son jeu d’acteur a laissé plus d’un sans voix. Même la réalisatrice lui concède cela. « Odilia est une grande actrice », dit-elle. Visiblement, tous les collaborateurs d’Odilia reconnaissent en elle une « grande actrice », joviale, inspirée et talentueuse.

Pour M’Ba Bouanga, il faudra qu’elle reçoive ce qu’elle donne. « Il faut lui donner la joie. La bonne humeur », martèle-t-il. Mais de son côté, Odilia a un autre souhait pour ses fans et l’ensemble du monde culturel burkinabè.

[Vidéo] – Le testament d’Odilia Yonli

Odilia Yonli a été décorée en 2006 lors de la Semaine nationale de la culture (SNC) et a également reçu 5 prix.

Basile SAMA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page