Ouagadougou : Deux réseaux de malfrats démantelés par la Police nationale

La Police nationale a mis aux arrêts deux réseaux de délinquants à Ouagadougou. Spécialisés dans les vols à main armée, trafic de drogue et dans le faux et usage de faux en écriture publique et privée, ils ont été mis à la disposition des autorités compétentes pour les suites judiciaires.

Le premier groupe est spécialisé dans les vols à main armée et de trafic de drogues. Les membres de ce réseau menaient leurs activités illicites dans plusieurs quartiers de la capitale. Il s’agit de Karpala, Katre-yaar, Rayongo, Zone 1, Tabtenga, Sinyiri et Balkuy. 

Leur mode opératoire, selon la Police nationale était une évolution tard la nuit en binôme motorisé. Ils ciblaient les engins dits « originaux » et sous l’effet de la drogue, menaçaient leurs victimes à l’aide d’armes à feu et n’hésitaient pas à tirer à la moindre résistance. 

Une fois leur opération terminée, un receleur se chargeait de convoyer les engins récupérés dans un pays voisin par le biais de jeunes qu’il payait entre 50.000 et 75.000 F CFA pour rouler les motos jusqu’au pays frontalier. « A son retour à Ouagadougou, il ramenait de la drogue destiné à être vendu sur le marché », informe la Police nationale.

Les documents récupérés par la police nationale – © Police nationale

Le deuxième groupe, quand à lui, était spécialisé dans le faux et usage de faux en écriture publique et privée, contrefaçon des sceaux de l’Etat et usurpation d’identité. Les commerçants et les propriétaires de parcelles qui cherchaient des garanties pour contracter des prêts bancaires étaient leur cible potentielle.

Des explications de la Police nationale, il ressort que un des membres, évoluant dans le domaine des expertises immobilières, était chargé de trouver des copies des documents de parcelles tels que l’attestation d’attribution, le Permis Urbain d’Habiter ou des documents d’identité pour le groupe. 

Il y avait à leur actif un second informaticien et technicien qui se chargeait de falsifier et d’établir les faux documents à l’aide d’un logiciel adapté à leur besoin. « Ils arrivaient ainsi à concevoir toute sorte de documents et de cachets qu’ils voulaient », précise les agents de la sécurité.

Plusieurs objets ont été saisis de ces deux réseaux de malfrats par le Commissariat Central de Police de la ville de Ouagadougou. 

Il s’agit d’un pistolet automatique, des minutions, de la drogue à haut risque, un important lot de divers faux documents administratifs, des cachets contrefaits de plusieurs services publics et privés et de faux timbres communaux. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page