Fada N’Gourma : Le RESONUT sensibilise les Délégations spéciales sur la budgétisation sensible à la nutrition

Le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT), avec l’appui de ses partenaires, notamment Save The Children International, Action contre la faim (ACF), The Hunger Project, le Centre pour la Gouvernance Economique en Afrique (CEGAA) et Association Monde Rural, a organisé ce vendredi 14 octobre 2022, à Fada N’Gourma dans la Région de l’Est du Burkina Faso, un atelier d’information et d’interpellation des membres des Délégations spéciales sur la budgétisation sensible à la nutrition, le WASH et la sécurité alimentaire.

Afin de  combattre la malnutrition sous toutes ses formes, le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT) et ses partenaires ont entrepris d’engager les collectivités territoriales en les encourageant à plus d’efforts pour la prise en compte de la problématique dans la formulation des politiques de développement local devant aboutir à des allocations financières substantielles en faveur de la santé nutrition, du WASH et de la sécurité alimentaire.

C’est dans ce cadre qu’un atelier a eu lieu à Fada N’Gourma, le 14 octobre 2022 dans le but de mener des plaidoyers auprès des membres des Délégations Spéciales (DS) pour une meilleure prise en compte de la nutrition, du WASH et de la Sécurité Alimentaire dans les Plans locaux de développement.

… pour le bien-être des enfants et des couches vulnérables

Pour le coordinateur national du RESONUT, Dieudonné Lankoandé, au cours de cette journée d’échanges, il s’agira de faire le point sur la situation nutritionnelle au Burkina Faso d’une part et d’autre part, faire une revue des résultats d’une étude sur le sujet, l’enquête SMART 2021.

« Selon l’enquête SMART 2021, le taux de prévalence de la malnutrition aiguë est estimé à 9.7% et celle de la malnutrition chronique à 21,6%. Malheureusement, l’une des régions les plus touchées par le phénomène demeure la région de l’Est (29,3%) », a expliqué le coordinateur national du RESONUT. Par cet atelier, cela permettra, selon Dieudonné Lankoandé, de donner plus de ressources aux décideurs locaux pour la prise en compte de la problématique.

Siméon Tao, membre de la Délégation spéciale de Diapaga, a salué l’initiative. « Comme vous le constatez, le RESONUT est la bienvenue. C’est vraiment regrettable vu la  situation. Nous lançons un appel au RESONUT et à ses  partenaires à vraiment accompagner vu que le besoin est là. En plus, à Diapaga, la situation est un peu difficile », a-t-il déclaré. Siméon Tao a émis le souhait de voir le RESONUT et ses partenaires pouvoir accompagner financièrement les communes afin de subvenir aux besoins des populations.

Hassan Jubrilou, le conseiller technique a pour sa part expliqué que cet atelier s’inscrit dans la logique d’une approche participative qui contribuera « absolument à impliquer fortement les acteurs clés des collectivités » afin de relever les défis dans le secteur de la nutrition, « et ce, pour le bien-être des enfants et des couches vulnérables ».

Les présidents de Délégations Spéciales ont pris des engagements pour consacrer une partie de leurs ressources afin de relever le niveau de financement des actions en faveur de l’amélioration de la nutrition, du WASH et de la sécurité alimentaire.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page