Amélioration des semences agricoles : Le projet SeedSAT se déploie au Burkina Faso

Le ministère de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques, en partenariat avec l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), a tenu un atelier d’information sur le déploiement de l’outil SeedSAT du Centre d’excellence pour les systèmes semenciers en Afrique (CESSA). La rencontre s’est tenue ce mardi 11 octobre 2022 à Ouagadougou.

Doter le Burkina Faso en semences certifiées et de qualité, c’est l’objectif final à atteindre pour les acteurs de la chaîne des semences. Et pour y arriver, l’outil SeedSat se positionne comme un élément fondamental. La tenue de la présente rencontre s’inscrit alors dans le sens de permettre aux acteurs de s’approprier cet outil.

Aussi, avec cette rencontre, c’est l’implication de tous les acteurs qui est demandée pour le déploiement de l’outil. Selon Christian Raoul Ouédraogo, le chargé de programme de l’AGRA, le projet SeedSat permettra de rencontrer tous les acteurs du domaine afin de moderniser et de rendre plus efficaces et résilientes les semences burkinabè.

« Au regard de la dynamique du secteur agricole burkinabè et des contraintes auxquelles il fait face, une auto-évaluation régulière est plus que nécessaire pour mieux s’adapter à ces évolutions et mieux orienter les actions et investissements pour répondre aux besoins évolutifs de l’ensemble des acteurs », a-t-il laissé entendre.

À travers ce projet, les participants sont appelés à faire un bilan du système semencier pour mettre le doigt sur les différentes contraintes qui entravent l’adoption de semences améliorées. Pour Moussa Ouattara le représentant du secrétaire général du ministère en charge de l’agriculture, l’importance de l’outil SeedSAT n’est plus à démontrer.

Selon lui, c’est un outil complet d’analyse de la fonctionnalité des systèmes semenciers nationaux par rapport aux meilleures de l’Afrique. « Le partage d’informations va outiller les parties prenantes à comprendre et à s’approprier le nouvel outil SeedSat qui a été développé dans plusieurs pays », soutien-t-il.

Pour lui, si les bases de l’outil sont maîtrisées par les acteurs, la production de semences de qualité connaîtra un véritable développement et améliorera les conditions de vie des producteurs burkinabè.

« Nous pensons que si les acteurs arrivent à s’approprier cet outil, c’est vraiment une révolution pour notre agriculture. (..) La proportion des semences améliorées au Burkina Faso est relativement très faible. Il est de 1 %. Donc cet outil va nous permettre de booster encore la production de qualité des semences que nous allons produire au Burkina Faso », a signifié Moussa Ouattara.

Joël THIOMBIANO

Faso 7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page