Burkina Faso : La CEDEAO dit rester attachée au respect du chronogramme initial de la transition

La Commission économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a produit ce 2 octobre 2022 un second communiqué sur le coup d’Etat du 30 septembre 2022 au Burkina Faso.

Elle a réaffirmé sa  « ferme condamnation de la prise du pouvoir par la force«  et « demande aux forces de Défense et de Sécurité d’éviter l’escalade et, en toutes circonstances, de protéger les civils ».

L’organisation sous-régionale a aussi demandé « l’arrêt des violences et des pillages, de tous genres, qui ne peuvent être tolérés ».

La commission insiste enfin sur le respect du chronogramme initial de la transition. « La CEDEAO soutient le peuple burkinabè dans sa quête de démocratie et, dans ce cadre, réaffirme son attachement au chronogramme adopté par le Sommet du 3 juillet 2022 qui prévoit le retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024« , lit-on dans le communiqué.

Le 30 septembre 2022, le capitaine Ibrahim Traoré a renversé le lieutenant-colonel Sandaogo Damiba, lui-même venu au pouvoir par un coup d’Etat le 24 janvier 2022 et qui dirigeait jusque-là la transition.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page