Commerce légal et responsable de l’or artisanal : Des acteurs en conclave à Ouagadougou

L’Alliance pour une mine responsable (ARM) et l’ONG IMPACT ont regroupé une quarantaine de personnes ce vendredi 24 juin 2022 à Ouagadougou, afin de recueillir des propositions qui puissent conduire à un commerce de l’or responsable et légal au Burkina Faso.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Fondations pour la paix dans le secteur de l’extraction artisanale de l’or au Burkina Faso », l’Alliance pour une mine responsable (ARM) et l’ONG IMPACT ont présenté les résultats provisoires d’une recherche menée depuis juin 2021.

Cette recherche avait pour objectif d’identifier et de promouvoir les conditions pouvant inciter la pratique du commerce légal et responsable de l’or artisanal. Ce vendredi 24 juin 2022, les résultats provisoires de cette recherche ont été présentés aux différents acteurs du secteur de la mine artisanale et à petite échelle afin que des amendements soient apportés.

Il ne s’agit pas pour nous de sortir avec un travail de laboratoire

Selon Wilfried Lompo, représentant l’Alliance pour une mine responsable (ARM), le Projet « Fondations pour la paix dans le secteur de l’extraction artisanale de l’or au Burkina Faso » a pour but de renforcer l’autonomisation économique et l’inclusion financière des hommes et femmes dans les communautés minières artisanales et à petite échelle.

Pour lui, cet atelier vise à « inciter réellement à un commerce équitable de l’or. Et pour ce faire, nous avons besoin, dit-il, d’inclure toutes les parties prenantes afin de pouvoir trouver les voies et moyens qui permettront d’intégrer ces artisans miniers dans le marché formel ».

Hamado Derra, point focal de l’ONG Impact au Burkina Faso, a, pour sa part, souligné le caractère participatif de cet atelier. « Il ne s’agit pas pour nous de sortir avec un travail de laboratoire, mais c’est de puiser des contributions pour donner du sens à cet engagement que nous prenons pour faire de la mine artisanale, une exploitation responsable, légitime et légale », a-t-il indiqué.

Une quarantaine d’acteurs du secteur ont pris part à cet atelier – © Faso7

Au sortir de cette rencontre, un dossier technique sur les incitatifs pour la promotion d’un commerce de l’or responsable et légal au Burkina Faso sera mis à la disposition des acteurs et des décideurs.

En rappel, en 2013, plus de 360 sites miniers d’exploitation artisanale ont été recensés dans le pays. En 2018, le nombre de ces sites est passé à plus de 800 dont plus de 600 actifs. En 2017, la production artisanale d’or a été estimée à 9,5 tonnes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page