La performance de l’école de Yacouba Ouédraogo au CEP : 101 admis sur 101 candidats présentés

Ceci est une tribune de Bamogo Ousmane sur la performance réalisée par l’école de son collègue Yacouba Ouédraogo au CEP 2022.

Derrière les rendements honorables de certaines structures éducatives se cachent des travailleurs intrépides de l’ombre. Ces derniers ne sont vu que quand il y a des problèmes. Ils sont rarement vus quand les résultats sont excellents.

Quand une école fait un résultat médiocre, le premier à s’expliquer est le responsable de l’école, notamment le directeur. Les Directeurs d’écoles dévoués sont souvent contraints de prendre d’énormes risques pour instaurer un climat favorable au bon déroulement des activités d’apprentissage au sein de leur établissement.

Comme nous ne cessons de l’affirmer, l’œuvre éducative est assurée par une chaine et si un seul maillon est défaillant, cela sape les efforts de tout le reste.

Aujourd’hui, nous avons choisi de faire un zoom sur Yacouba Ouédraogo, instituteur Principal, Directeur de l’école primaire publique Belleville « B », Circonscription d’Éducation de Base de Bobo 6, province du Houet, région des Hauts-Bassins, l’école qui fait le buzz actuellement sur les réseaux sociaux avec sa performance XXL. 101 candidats présentés au CEP session 2022, 101 admis d’où un taux de réussite de 100%. En réalité, ce résultat n’est pas anodin.

Issu de la 3eme promotion de L’ENEP de Loumbila (1987-1988) et après cinq(5) ans passés à Lapio (Didyr), un (1) an à Dèguèlè (Karangasso Vigué), sept (8) ans à Colsama D où il fit son 1er 100% au CEP session de 1998.

Après sa formation à l’emploi d’Instituteurs Principal (IP) en 2001, il est placé à la tête de l’école primaire publique Lafiabougou « C ». Il va diriger cet établissement entre 2002 et 2010.

Huit (8) ans durant sous son magistère, l’école de Lafiabougou « C » va s’illustrer à travers des performances honorables dont six (6) fois 100%.

Après ce formidable travail à Lafiabougou « C », Monsieur Ouedraogo se verra confier la direction de l’école primaire publique de Belle Ville « B » en 2010. De 2010 à aujourd’hui son école fera un taux de réussite de 100% au CEP chaque année sauf en 2019 avec 1 échec et 2021 avec 5 échecs. Il est important de préciser que mêmes les deux (2) années ( 2019 et 2021) où son école n’a pas pu atteindre 100% son établissement était qu’à même classé premier au plan régional en 2021.

Comme récompense, ses mérites seront reconnus par la nation en 2019 où il a été fait chevalier de l’ordre des palmes académiques.

Il est également lauréat du premier prix « craie d’or » au forum international de l’instituteur africain (FIIA) en 2016.

À la lecture de ce brillant parcours, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que Monsieur Yacouba Ouedraogo est un acteur clé des bons résultats atteints par les établissements dont il a eu la charge de diriger.

Nous parlons donc aujourd’hui d’un leader, d’un grand manager qui mérite d’être plus reconnu. Il faut signaler que certains enseignants titulaires du CM2 ont été primés avec des parcelles sous lui à Lafiabougou C.

Mais en général, le Directeur d’école qu’il est, a toujours été oublié à l’heure des récompenses. Malgré cela, il n’a pas baissé les bras. Il ne s’est pas découragé. Bien au contraire. La preuve c’est le travail fait à Belle Ville B. Quand la direction d’une école fonctionne à merveille, on voit et on entend très peu parler du Directeur.

Nous n’avons pas tout dit de ce grand travailleur. Notre plume n’a pas pour objet de faire les éloges d’un individu. Nous pensons que dans un contexte où la morale agonise, le MENAPLN devrait s’appuyer sur des exemples pareils afin de susciter l’excellence.

Pour ce faire, il faut de la lumière sur les agents qui s’illustrent par leur abnégation au travail. Le plus important ce ne sont pas les prix, encore moins les espèces sonnantes et trébuchantes. La plupart des agents consciencieux et dévoués au travail n’ont besoin que d’une simple reconnaissance de la part de l’État.

Bamogo Ousmane

Inspecteur de l’Enseignement Primaire et de l’Éducation Non Formelle.

Articles similaires

3 commentaires

  1. Félicitations pour le succès. Des résultats excellents on en veut et le souhait est que se telles performances se poursuivent. Félicitations félicitations.
    L’interrogatoire à présent. Il est nécessaire de se faire un esprit critique dans de telles situations. Je reviens.

    Est ce que le ministère a audite les résultats au delà du travail de la circonscription ? En principe dans de tel contexte le ministère doit mobiliser un parterre de spécialistes pour comprendre la situation au lieu de faire des déclarations hâtives si tel n’est pas le cas je m’en excuse. Pour ne pas faire de la diffamation. Des spécialistes de sciences de l’éducation des sociogues des philosophes des enseignant des inspecteurs doivent ensemble examiner et confirmer ces taux avant la belle parades du ministère qui d’applaudir sans peut-être aller au charbon.
    Nous ne doutons pas de ces excellents résultats mais nous ne stimons qu un travail de fourni soit être fit avant ces hautes publication

    1. Vous avez raison. Sur les réseaux sociaux, on peut effectivement cacher la vérité. Pour ce qui me concerne, le ministère peut enquêter. Tous mes résultats ont été engrangés dans les Circonscriptions d’éducation et Base (CEB) de Bobo 2 pour les premiers, CEB dirigée dans le temps par l’Inspectrice Sou/Sanou Catherine si ma mémoire est bonne et par la suite par Sidibé/Toé Suzanne. Pour les derniers résultats c’est dans la CEB de Bobo 10 dirigée par Rouamba Issaka puis Tanou Fla Paulin et celle de Bobo 6 dirigée par Coulibaly Sibiri.
      Les archives peuvent être consultées dans ces différentes CEB. Merci.

  2. J’adresse tous mes encouragements et félicitations à cet enseignant dévoué et j’invite le MENAPLN a le distinguer…et à primer tous ceux qui vont emboîter le pas de Yacouba à travers leur travail.Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page