Burkina Faso : Sie Tiefi Dabiré, le nouveau directeur général de l’ONI installé dans ses fonctions

Nommé en Conseil des ministres le 8 juin 2022, le contrôleur général de police, Sie Tiefi Dabiré, a officiellement pris fonction en tant que nouveau directeur général de l’Office national de l’identification (ONI). La cérémonie de passation de charge est intervenue ce mardi 21 juin 2022 à Ouagadougou.

Après plus de 3 ans passés à la tête de l’ONI, le désormais ancien directeur général de l’ONI, Aristide Béré cède son fauteuil à Sie Tiefi Dabiré. D’octobre 2018 à juin 2022, sous la houlette de son ancien directeur général, l’ONI a délivré plus de 6,7 millions de CNIB, soit 43,21 % de la basse de données de l’ONI.

Sur la même période, l’office a fait des recettes de près de 17 milliards de francs CFA pour la production de CNIB et plus de 11 milliards de francs CFA pour la production des passeports. D’un point de vue financier, le directeur sortant estime qu’il n’y a pas de problème.

« Au stade où je passe la main à mon successeur, je peux dire que l’ONI se porte très bien parce qu’au regard du programme d’activité qui a été fait pour l’année 2022 et de ce qui a été fait pour les trois années passées, l’ONI s’est positionné à travers une autofinance », a affirmé Aristide Beré.

Le nouveau directeur général de l’ONI, Sie Tiefi Dabiré, a indiqué que son objectif premier est la sécurisation du Burkina Faso. Pour lui, il faut d’abord identifier les Burkinabè et autres personnes vivant dans le pays, avant d’assurer les missions de sécurité et de développement.

« L’identification est la base de tout. Moi, je parle de socle, lui, il a dit que c’est le début et la fin. Donc, c’est pour dire que l’identification est le fondement de toute chose. L’être humain n’est reconnu que par son identité. Sans identité, on n’existe pas juridiquement en principe », a laissé entendre Sie Tiefi Dabiré.

Notons que le directeur général sortant, Aristide Béré, ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Car son objectif pour cette institution était d’ouvrir dans chaque région une antenne régionale de l’ONI. Il dit rester confiant que son successeur sera à la hauteur des tâches de l’institution.

Estelle GUIRA (stagiaire)
Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page